Plus de 400 policiers et citoyens manifestent pour la cinquième fois à Toulouse

0
685
Image d'archive. Octobre 2016. Crédit Photo : Infos-Toulouse

Au pied de la statue de Jeanne d‘arc, sur la place du même nom, quelques dizaines d’hommes et de femmes se saluent, plaisantent, se retrouvent. Au fil des minutes, le groupe grossit. Peu avant 22 heures, ils s’élancent sur le boulevard de Strasbourg, direction le Capitole.

Aux cris de « Policiers en colère,citoyens avec nous », près de 400 gardiens de la paix sont venus participer à cette cinquième manifestation nocturne dans les rues de Toulouse. Passant par la Place Wilson pour rejoindre le Capitole, la démonstration de force fait son effet. Les badauds sont étonnés pour certains, ravis pour d’autres, rares sont ceux n’approuvant pas leur passage. A l’approche du Capitole c’est une Marseillaise qui résonne dans la rue Lafayette.14055768_10209123810226160_1912588186_n

Arrivés sur la Place du Capitole, sous les provocations d’un petit groupe de racailles invitant les policiers à « se retrouver avec les frères à Rosny-sous-Bois » (93), les manifestants se mettent en rang, face à la mairie avant, une nouvelle fois d’entonner l’hymne national de manière plus solennel. L’organisation devait en rester là, mais quelques voix portées à tous les manifestants appellent à se rendre à la Préfecture. La marche reprend de nouveau.

Rue Alsace-Lorraine, rue de Metz, les Marseillaises s’enchaînent, les slogans se font de plus en plus puissants et de nombreux passants apportent leur soutien aux forces de l’ordre. La préfecture est en vue ! Les policiers arrivent sur la place Saint Etienne et s’agglutinent devant les portes. « Le Préfet avec nous » crient les manifestants, il ne se montrera pas. S’ensuit un discours bref mais galvanisant pour les troupes qui finiront leur rassemblement par une dernière Marseillaise.

14826269_10209123818346363_38959252_nCaroline est venue manifester avec les policiers. Femme de policier, « la peur est de plus en plus présente. Nous sommes devenus une cible, Magnanville est resté gravé dans nos têtes ». D’autres policiers souhaitent plus de moyens, « quand nous sommes attaqués nous n’avons pas de matériel pouvant rivaliser avec leurs armes ». Selon une source anonyme, le rassemblement silencieux prévu aujourd’hui à 13 heures devant le Palais de Justice et organisé par les syndicats sera boycotté par ces policiers ne se sentant plus représentés par les principaux syndicats. « L’opération se renouvellera autant que nécessaire » nous a assuré un policier. Infos Toulouse sera présent.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom