300 personnes pour Nicolas Bay à Toulouse

0
733
Nicolas Bay invité du Front National de Haute Garonne à Toulouse, le samedi 5 novembre 2016. Crédit photo : Infos-Toulouse.

Pari réussi ! Le Front National de Haute-Garonne a réussi à mobiliser ses sympathisants samedi à Toulouse. Réunis salle Barcelone, au bord du Canal de Brienne, les adeptes de Marine Le Pen se sont retrouvés autour de Nicolas Bay, député européen et secrétaire général du Front National, venu pour l’occasion.

Introduit par Julien Leonardelli – qui en a profité pour répondre à la dernière sortie de Carole Delga, reniant les racines chrétiennes de la France. « Qui sommes-nous si nous nions cette évidence ? » lança-t-il devant une salle à l’écoute. Le secrétaire départemental a ensuite continué en dessinant le paysage de la région. Caprices de la présidente de l’Occitanie, dysfonctionnement au sein de l’assemblée, travaux du groupe FN mené par France Jamet, il est ensuite venu au sujet qui fait actuellement polémique : la dispersion des migrants dans nos villes et villages. « Une population est en voie d’en remplacer une autre  ». C’est d’ailleurs le thème d’un nouveau tract édité par la fédération de Haute-Garonne et diffusé sur toutes les chaises de la salle : « Les migrants arrivent chez vous ».

14961566_10209230861662379_1875734158_n

Sous les ovations des 300 personnes présentes, Nicolas Bay a entamé un discours de moins d’une heure sur la situation globale du parti et de la société. Rappelant les derniers succès des patriotes (municipales, européennes, départementales, régionales), le bilan des municipalités gérées par le Front et se félicitant du « maillage réussi de l’intégralité du territoire », il a ensuite énuméré les principaux maux de la société. Euro, Europe, Chômage, Immigration et terrorisme. Rappelant la volonté de son parti à « construire une nouvelle Europe avec des peuples libres » le député européen normand s’en est ensuite pris aux élites dirigeantes et a fait l’éloge du militantisme traditionnel. « Ils se sont construit des féodalités, ils ont la bienveillance des médias, mais ils ont perdu leur armée militante ».

Pour conclure son discours, Nicolas Bay a su mettre l’ambiance. En parlant des clandestins disséminés un peu partout en France aujourd’hui, il a rappelé la « détresse de bon nombre de Français qui aujourd’hui dorment parfois dans leur propre voiture alors que les migrants sont logés dans des châteaux, des centres de vacances aux frais du contribuable ». Un message clair notamment pour les habitants du Comminges qui ont vu s’installer depuis quelques semaines une cinquantaine de « réfugiés » dans un centre de vacances, propriété d’EDF à Bagnères de Luchon. « Je ne peux pas m’y résoudre, leur place n’est pas dans un château mais dans un charter ! » a-t-il lancé sous le tonnerre d’applaudissement d’un public qui n’attendait pas d’autre ton ce soir-là.

14971297_10209230863542426_1435368821_n

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom