Mais qui sont ces électeurs que personne n’attendaient?

0
728

Après plusieurs mois de campagne, le peuple de droite a pu s’exprimer lors des primaires Républicaines en vue de l’élection présidentielle de 2017. En France, comme en Haute-Garonne, François Fillon a su distancer Alain Juppé et placer Nicolas Sarkozy en troisième position. Une mobilisation exceptionnelle ; un résultat inattendu.

Quatre millions de personnes se sont déplacées pour voter. Une affluence imprévue qui a occasionné des files d’attente dans les bureaux de vote. En Haute-Garonne, 80 231 électeurs ont participé à ce moment de démocratie inédit. Une véritable occasion d’aller à la rencontre de ce peuple de la Droite et du Centre.

Un constat s’impose : une majorité de personnes qui ne sont pas encartées, qu’on ne croise pas dans les meetings ou dans d’autres formes de mobilisation médiatique. Des gens « bien élevés », respectueux des institutions. Un exemple : aucun problème à signaler dans des files d’attente de parfois presque une heure ! Des gens qui repoussent les emportements intempestifs et restent attachés à leur valeur, à une certaine idée de la France. Des gens « silencieux », qu’on ne sonde pas, qui ne se manifestent pas régulièrement auprès des institutions au moindre problème. Des gens qui, avec la Primaire, ont eu l’occasion de donner leur avis et qui n’ont pas hésité à s’en saisir.

Le score de François Fillon, 44,1% au national et 40% en Haute-Garonne, s’explique par son positionnement politique traditionnel, conservateur, mais avec la volonté de changer les choses radicalement afin que la France retrouve son rang en Europe et parmi les Nations. Un programme sans propositions « chocs » pour plaire à chaque segment d’un électorat qu’il se bâtirait. Un programme cohérent et solide, dans lequel tout est annoncé à l’avance. Un projet équilibré et radical qui défend les valeurs de notre société face à des changements brusques.

Les électeurs de François Fillon, ce sont aussi ceux qui veulent tourner la page et aller de l’avant. Le vote des quarantenaires et des quinquagénaires, des actifs, des professions libérales, des commerçants, de la ruralité… Une population soucieuse de libertés, notamment économiques et d’une gestion saine de l’Etat. Un retour en force de la « droite orléaniste » selon le canon de René Rémond autour d’un candidat au profil rassurant.

Après un quinquennat d’échecs désastreux pour la France, c’est aussi la défaite de François Hollande. L’envie d’une alternance forte exprimée par quatre millions de personnes. L’envie d’une alternance rassurante et sans concessions autour du projet et de la personnalité de François Fillon. Le deuxième tour nous dira si cette envie se confirme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom