Vive le vieux vin de vigne, le vieux vin gaulois !

0
170

À Revel, la Cave des gaulois propose des vins gallo-romain.

Depuis l’Antiquité, la Gaule est une région viticole. L’art de la vinification a semble-t-il été amené par les Grecs dans la région de Massalia vers 600 avant notre ère, et rapidement s’est répandu à travers toute la Gaule, du sud jusqu’au nord, à partir du Ier siècle avant notre ère. Les Gaulois sont rapidement devenus importateurs et exportateurs de vin, certains historiens romains avançant même, que c’était par goût pour cette boisson qu’ils envahirent la péninsule italienne au IVe siècle avant notre ère.

Lire aussi :Boisson Divine : ils ont chanté la bataille de Toulouse

Renouant  avec nos anciennes traditions viticoles, Robert Baron a ouvert le 16 mars dernier une nouvelle cave à vin à Revel, la Cave des Gaulois :

« C’est une cave à vins romains, une spécialité aux épices et au miel ou même à la rose. »

C’est à l’occasion des vendanges au Domaine du Cardona, que Robert Baron , fatigué du travail en usine décide de se se lancer dans le négoce de vins gallo-romain. Situé dans les Corbières, le domaine du Cardona produit différents vins épicés élaborés selon des méthodes ancestrales pour une clientèle à la recherche d’authenticité sans artifices ni « folklore ».

Saveurs historiques, et goût de l’histoire.

On pourra donc trouver à la Cave des Gaulois :

De l’hypocras, boisson aromatisée à base de vin rouge d’épices et de miel, en rouge et blanc (et en rosé avec des arômes de rose et de sucre), élaboré à partir d’une des plus anciennes recettes que donne le Vieux Taillevent, célèbre cuisinier du Roi Charles VII. Ce breuvage était, en effet, commun aux grandes tables de l’époque dans toutes les contrées sous l’influence culturelle des croisés revenant d’Orient.  

Du moretum, breuvage monastique l’origine. Les moines de part leur rang social, n’ayant pas accès aux épices qui furent pendant le Moyen Age le signe extérieur de richesse par excellence. Ce sont les fruits de la ronce qui parfumaient ce breuvage, et son nom vint de la mure.

Du « V gallo-romain de la Narbonnaise », le vin romain élaboré dans la région de Narbonne depuis l’Antiquité (en rouge et blanc), ainsi que de l’hydromel doux, mélange d’eau et de miel fermenté.

Et aussi des produits locaux comme de la moutarde et de la gelée ainsi que des vins des Corbières plus classiques.

Souhaitons longue vie à ce nouveau commerce enracinée en citant ce vers du poète Horace « Nunc est bibendum, nunc pede libero pulsanda tellus * ». 

*« Maintenant il faut boire, maintenant il faut frapper la terre d’un pied léger ». Horace faisait ainsi allusion au vin qu’il fallait boire à l’occasion de la mort de Cléopâtre. 

Jérome Gerber

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom