Élégants, insolents et dissidents, les Vilains P’tit Canard sortent de la mare

2
1536
Vilain P'tit Canard Vilain P'tit canard

Un pull acheté, une statue de la Saint Vierge disposée dans une rue de Toulouse.

C’est la nouvelle idée des jeunes toulousains composant l’équipe du Vilain P’tit Canard. Ce présentant eux-mêmes comme une équipe « dissidente » souhaitant agir en faveur de l’enracinement de leurs concitoyens, ces derniers proposent à la vente des pulls enracinés dont ils précisent que les bénéfices seront utilisés pour « l’affermissement de nos racines culturelles et religieuses ».

S’inspirant de la philosophe Simone Weil qui expliquait que l’enracinement était un besoin vital de l’âme humaine, ils considèrent 

« que l’Homme n’est pas un enfant trouvé, voué à être célibataire, destiné à se balader entre les grands aéroports, tout en ayant pour parents la finance apatride mais plus comme un être doté d’une raison et d’un coeur, capable de faire autre chose que de se soumettre à ses besoins ».

Pour ces nouveaux acteurs locaux, partisan d’un mode économique alternatif, « un grand retour à nos racines est nécessaire. Cela passe par le développement de nos traditions locales, le développement de notre gastronomie pour contrer le nombre toujours plus croissant de fast food, le retour de nos traditions religieuses chrétiennes dans notre vie quotidienne avec davantage de processions et de pèlerinages ».

Lire aussi : À Revel, la Cave des gaulois propose des vins gallo-romain.

Ils proposent à la vente en ligne différent pulls élégants, insolents et dissidents comme le propose l’accroche de leur site internet avec des noms plus qu’évocateurs comme « gaulois réfractaire », « vendéen » ou encore « franchouillard ». Chacun orné d’un canard dont les accessoires évoquent le thème choisi, béret-baguette pour le « franchouillard », gilet jaune pour le « gaulois réfractaire » et, bien sûr, Sacré-Cœur et fleurs de Lys pour le « vendéen ».

C’est avec les bénéfices du pull « vendéen » que des statuettes de la Vierge seront achetées et ensuite disposées dans les rues de la ville rose.

Un futur espace sur leur site sera dédié à des recettes de cuisines traditionnelles du Sud-Ouest. 

Vous trouverez toutes les informations utiles sur leur site le Vilain P’tit Canard. 

Article précédentLa progression du vote souverainiste en Europe
Article suivantQuand le plus haut clocher de Toulouse s’effondrait
Jérôme Gerber
Toulouse et sa région ayant besoin d’un véritable site de ré-information , j’ai crée Infos Toulouse en mars 2016. Grâce à Étienne Lafage, son rédacteur en chef, qui a su s’entourer d’une équipe efficace et performante le site s’est développé , pérennisé et surtout enraciné dans le paysage toulousain me permettant de passer sereinement la main à une nouvelle équipe. C’est dans le même esprit qu’à été développé le Cercle des Capitouls, incontournable sur la ville rose à travers ses conférences est ses multiples actions culturelles, mené par une jeune équipe dynamique et prometteuse. Âgé de presque 50 ans, après plusieurs années de militantisme, il était temps de passer la main et de laisser une nouvelle génération nous apporter leurs connaissances, leurs technicités et surtout leurs motivations. Directeur de la publication d’Infos-Toulouse, président du Cercle des Capitouls.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom