Une centaine de tombes profanées dans un cimetière de Toulouse

0
852
Cimetière
Une allée du cimetière Terre-Cabade, à Toulouse. © Wikipedia
Dans la nuit de samedi à dimanche, une centaine de tombes du cimetière de la Terre-Cabade, situé dans le quartier de Jolimont à Toulouse, ont été vandalisées. La communauté chrétienne est particulièrement touchée. 

C’est une attaque d’une rare ampleur qu’a subi le cimetière de la Terre-Cabade à Toulouse. Une centaine de tombes chrétiennes ont été vandalisées dans la nuit du samedi 8 au dimanche 9 juin 2019. Les dégradations ont été constatées dimanche matin et seraient très importantes. 

L’identité judiciaire s’est rendue sur place et a procédé à des prélèvements et de photographies des dégâts. Elles permettront de tenter d’identifier le ou les auteurs de ces délits.  

Lire aussi : Protège ton église : « Nous voulons que les églises soient notre avenir »

Parmi la centaine de tombes touchées, l’une d’entre elle en particulier a été saccagée. De nombreux crucifix, plaques, ex-voto, vases et fleurs ont été brisés et des jardinières ont été renversées à plusieurs endroits du cimetière.

Les sépultures chrétiennes particulièrement visées

« Aucune communauté n’a été ciblée » tente de rassurer Actu.fr. Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, venu constater les dégâts, confirme « qu’aucune tombe musulmane ou israélite n’est concernée ». Seules des tombes chrétiennes ont subi des dégradations, dont un grand nombre de crucifix « ont été brisés », indique le maire. Les dégradations ont été constatées en plusieurs endroits éloignés les uns des autres, un travail qui a dû demander « beaucoup de temps » aux vandales. 

La liste des tombes victimes des dégradations sera mis en ligne dans la journée du mardi 11 juin sur les sites de la mairie de Toulouse et de Toulouse métropole.

L’archevêque de Toulouse réagit

Monseigneur Le Gall, archevêque de Toulouse s’est exprimé via un communiqué. « La douleur est d’autant plus vive pour nous, que ces profanations se sont déroulées au moment où se terminait le temps pascal, celui où les chrétiens fêtent la mort et la Résurrection du Christ ». Le prélat se dit « particulièrement choqué et attristé » et demande « que les symboles de notre foi soient respectés » avant de rappeler « le droit de chacun à une sépulture décente et le droit des vivants à pouvoir se recueillir sur leurs tombes ». « Nous demandons que toute la lumière soit faite sur ces actes inacceptables et incompréhensibles », indique t-il.

Lire aussi : Laurent Wauquiez : « Il y a une christianophobie dans notre pays »

Le plus grand cimetière de la ville, comprenant 300 000 tombes réparties sur 33 hectares, avait déjà été victime d’un saccage en 2007, où une vingtaine de croix avaient été retournées. Une signature fétiche des milieux satanistes. En Occitanie, la région de Montpellier est également confronté à une vague d’actes christianophobes, souligné par nos confrères de Lengadoc-Info.

Étienne Lafage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom