Pèlerinage de Chartres : « La foi est un combat de tous les instants »

0
138
Pèlerinage de Chartres
Le pèlerinage de Chartres attire chaque année de plus en plus de personnes. © John Aron / Notre-Dame de Chrétienté
Ce week-end de Pentecôte, près de 14 000 pèlerins ont participé au pèlerinage de Chartres. Trois jours de marche entre Paris et la capitale de la Beauce qui prend un sens particulier, deux mois après l’incendie de Notre-Dame de Paris. 

Pour beaucoup de jeunes catholiques, Pentecôte rime chaque année avec pèlerinage de Chartres. Depuis 1983, date de sa création, les pèlerins se donnent rendez-vous sur le parvis de Notre-Dame de Paris pour la messe avant le départ. Mais cette année, deux mois après l’incendie, c’est de l’église Saint-Sulpice que la colonne s’est élancée. 

Qu’est-ce qui peut bien pousser ces catholiques à marcher durant trois jours sur les chemins ou dans les prairies ? « Le pèlerinage de Chartres permet de faire le grand ressourcement si nécessaire à notre génération, en s’appuyant sur la prière, la formation et l’effort physique« , répond Damien, jeune entrepreneur toulousain. Pour Anne, âgée bientôt de vingt ans, participer à ce rendez-vous c’est témoigner de « nos racines chrétiennes profondes et notre véritable attachement à celles-ci ».

Lire aussi : De retour de Chartres, qui sont ces jeunes engagés dans un pèlerinage de trois jours ?

Les journées commencent aux aurores. Les activités sont profondément spirituelles. La marche est animée par des topos religieux et la récitation du rosaire. Pour se motiver, quelques chants issues des répertoires scouts ou traditionnels sont entonnés. Après trois jours d’effort, « tout le monde est reparti fatigué mais nourri spirituellement et intellectuellement », nos confie Damien.

Pèlerinage de Chartres
La colonne s’avance dans les prairies de la Beauce. Le pèlerinage de Chartres a accueilli plus de 14 000 fidèles en 2019. © Anne/Infos-Toulouse

Le pèlerinage de Chartres, source de vie du catholicisme

Voir la colonne de dizaines de milliers de pèlerins traverser les vertes prairies de la Beauce est une image d’un autre temps. Pourtant, c’est bien en couleur qu’elles apparaissent et pour beaucoup une démonstration que l’Église est toujours debout. « Ça donne beaucoup d’espoir de voir que la communauté catholique parvient à se retrouver trois jours pour marcher, prier et se former », atteste Damien. Pour la jeune étudiante fidèle de la chapelle du Férétra, la sociologie de la colonne est un contre-pied des préjugés colportés sur les catholiques. « Le nombre de jeunes y participant démonte l’idée que cette religion n’anime plus que les petits vieux mais montre aussi que la nouvelle génération retourne à un catholicisme traditionnel ».

Lire aussi : Protège ton église : « Nous voulons que les églises soient notre avenir »

La fin de journée du 15 avril 2019 reste un traumatisme parmi beaucoup de catholiques. Mais la foi et l’espérance qu’ils partagent permettent de surpasser ce genre de drame. « Il faut continuer à avancer malgré « fatigue et contradiction » comme le dit si bien la prière des Routiers », avance Damien. Pour la première fois, la messe du départ et le point de rendez-vous à Paris était donné à l’église Saint-Sulpice, elle-même partiellement incendiée au mois de mars. 

Un appel à l’engagement

D’année en année, le pèlerinage de Chartres attire de plus en plus de monde. « Le pèlerinage grossit chaque année et cela va de paire avec la popularité de la messe traditionnelle qui ne cesse d’augmenter », analyse le jeune entrepreneur, fidèle de la messe traditionnelle donnée chaque dimanche en la chapelle Saint-Jean-Baptiste à Toulouse. « Cette jeunesse catholique, je pense qu’il faut l’avoir à l’œil. Les médias s’obstinent à ne pas donner d’importance à ces pèlerins qui acceptent pourtant de tout arrêter, de marcher et de se former pendant trois jours… Le retour de bâton risque d’être douloureux », continue t-il. 

Lire aussi : [Vidéo] L’enracinement avec Julien Langella

Pour l’édition 2019, Notre-Dame de Chrétienté, l’association organisatrice de l’événement, avait donné pour thème « la paix du Christ par le règne du Christ ». Durant les temps de formation, les ecclésiastiques ont souligné de nombreuses fois « l’importance de l’engagement politique du chrétien et son devoir d’implication dans la cité », rapporte Anne. Un thème qui fait échos aux problématiques actuels que traversent nos sociétés : « déchristianisation, multiculturalisme, détournement de l’union homme-femme, immigration, décadence des mœurs… », détaille t-elle. 

Mais cet appel à l’engagement ne doit pas retomber d’après Anne. « Le pèlerinage soude et donne de l’espoir mais ce regain d’énergie ne doit pas s’évaporer dès la fièvre du pèlerinage passée. La foi est un combat de tous les instants ».

Étienne Lafage.

Retrouvez le reportage de KTO sur le pèlerinage de Chartres 2019

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom