« Marchons Enfants » : le nécessaire retour à la rue

8
835
Marchons Enfants PMA

Le projet de loi bioéthique, comportant l’extension de la PMA a été présenté en conseil des ministres, mercredi 24 juillet. Un collectif d’une vingtaine d’associations a appelé à manifester à Paris, le 6 octobre prochain.

Vers un bouleversement de notre civilisation ? Les ministres de la Santé, Agnès Buzyn et de la Justice, la toulousaine Nicole Belloubet, ont présenté en conseil des ministres les contours de la loi bioéthique, mercredi 24 juillet. Une loi qui réforme le droit à l’enfant mais aussi le droit des enfants. Avec l’extension de la PMA aux couples de femmes, la paternité sera effacée des racines de l’enfant. Hors de question pour les défenseurs de la famille. La loi doit être débattue à l’Assemblée nationale à la fin du mois de septembre. 

Défendre la paternité

Face à cette attaque contre la cellule familiale, une vingtaines d’associations appellent à la mobilisation, dimanche 6 octobre 2019 à Paris pour une grande manifestation nationale unitaire contre le projet de loi bioéthique. Sous le slogan « Marchons Enfants », le mouvement social souhaite « une vaste mobilisation contre la révolution de la filiation et de la reproduction qui s’annonce à travers la PMA sans père et la GPA ».

Lire aussi : PMA : le psychiatre Christian Flavigny lance un cri d’alerte

Parmi les signataires, la Manif pour Tous mène la danse, forte de son expérience lors de l’opposition au Mariage pour tous, suivie par Alliance Vita, les Association familiales catholiques, VigiGender, l’Institut Famille et République, Générations avenir, le Collectif pour le respect de la médecine, les Sentinelles, les Veilleurs, les Maires pour l’enfance, la Fédération nationale de la Médaille de la famille française, Sans nom, Cosette et Gavroche, Un de nous et Juristes pour l’enfance.

Ce que contient le projet de loi bioéthique

Sur les 32 articles de loi présentés par Agnès Buzyn, ministre de la Santé et Nicole Belloubet, Garde des sceaux, l’extension de la PMA pour toutes les femmes est la mesure qui cristallise le plus la tension. Le texte prévoit le remboursement par la Sécu de cette pratique et met en place « une déclaration commune anticipée » devant notaire pour que les deux femmes soient reconnues comme les parents. C’est la fin du père.

Outre la Procréation médicalement assistée, l’anonymat du don de sperme va être abolit partiellement. Pour être donneur, un homme devra obligatoirement accepter que l’enfant né puisse à sa majorité connaître l’identité, ou du moins, des données physique de son géniteur. La congélation des ovocytes et du sperme sera possible pour « en vue de la réalisation ultérieure à leur bénéfice » d’une PMA. Actuellement, cette conservation n’est possible que pour des raisons médicales.

Lire aussi : Alliance VITA manifeste contre la PMA sans père

Le délai de réflexion d’une semaine pour une interruption médicale de grossesse (IMG) va être supprimé lorsque la grossesse met en danger la santé de la mère. Enfin, les recherches scientifiques sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires seront « aménagées ». Le gouvernement souhaite permettre aux chercheurs sur les cellules souches embryonnaires de disposer d’une simple déclaration préalable au lieu d’une autorisation de l’Agence de biomédecine. 

De la nécessité de reprendre la rue

Face à un gouvernement souhaitant « passer en force sur ce texte avec les mesures aussi polémiques que clivantes qu’il contient, en particulier sur le volet filiation et technique de reproduction ». Et face « aux refus réitérés » de la part de l’exécutif « d’écouter les réserves et de recevoir les représentants de ces associations et les experts », la manifestation apparaît être le dernier recourt « pour se faire entendre ». Qu’importe le vote des députés, et même les sondages, l’enjeu est trop important pour ne pas se mobiliser. 

Lire aussi : Les Antigones : « Porter un discours vrai sur la féminité »

C’est donc à Paris, dimanche 6 octobre, que toutes les forces doivent se réunir pour montrer « l’importance des enjeux qui dessinent le monde de demain ». Des dispositifs de transport sont prévus à partir de Toulouse pour rejoindre la capitale à bas prix. Toutes les informations seront sur Infos-Toulouse.fr. Le nombre de manifestants venant de la région Occitanie devrait être conséquent. 

Étienne Lafage. 

8 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom