L’abbaye Notre-Dame du Pesquié : l’histoire d’un jeune monastère pyrénéen.

0
249

L’abbaye Notre-Dame du Pesquié est une abbaye bénédictine où vivent aujourd’hui entre travail et prière cinquante-trois sœurs.

Fondée au cœur des Pyrénées dans les années 1990, l’abbaye ne cesse d’évoluer au gré des projets des religieuses, qui en ont fait au cours du temps un monastère des plus fonctionnels. Ainsi, les travaux et les aménagements n’ont presque jamais cessé depuis l’arrivée de la première mère abbesse du lieu, Mère Immaculata de Franclieu. Divine Box vous montre un petit aperçu du résultat, vous nous suivez ?

Une longue généalogie

C’est après plusieurs rebondissements que les sœurs bénédictines du Pesquié se sont installées sur place. La communauté était à l’origine installée à Dourgne, dans le Tarn, depuis 1890. Une première fondation est née de ce monastère à Madiran en 1938. Au fur et à mesure, Madiran grandit et devient une abbaye à part entière. Pendant la Seconde guerre mondiale, elle fut prise en plein maquis et pourtant, malgré les risques, le nombre de postulantes ne chuta pas. Il devenait nécessaire de construire de nouveaux bâtiments mais le site de Madiran ne pouvait plus raisonnablement les accueillir : suite à la sécheresse de 1949, le potager était ravagé et l’eau manquait. Le site d’Ozon, petit village voisin de Tarbes, fut choisi pour le transfert de la communauté. En 1955, les vêpres furent chantées pour la première fois par toutes les sœurs réunies sur leur nouvelle terre, à Ozon !

Mais en 1991, les moniales comprennent que le calme de leur couvent est menacé par la construction de l’autoroute Toulouse-Bayonne… Il est alors décidé d’acquérir la ferme du Pesquié, située à quelques kilomètres de là, pour y bâtir un nouveau monastère ; c’est par la modestie et le calme du lieu que les sœurs sont séduites. Sept d’entre elles sont envoyées par leur mère abbesse pour entamer la rénovation complète de la ferme du Pesquié : il y a du pain sur la planche !

Pesquié
Photo des sœurs du Pesquié au tout début des travaux, au début des années 1990 – © Abbaye du Pesquié

Une abbaye en chantier depuis 28 ans…

C’est sœur Immaculata Astre, la Mère Abbesse actuelle, qui dirige le chantier d’une main de maître. Celui-ci se déroule sous le signe de la devise de saint Benoît, Ora et Labora : beaucoup de travail… et autant de prière !

Lire aussi : Les produits de l’abbaye Notre-Dame du Pesquié : des pépites à découvrir

Aidées par des charpentiers et de nombreux scouts, les moniales commencent par restaurer intégralement le bâtiment principal. Puis commence le travail de la terre : les sœurs de l’abbaye du Pesquié n’ont pas moins de quarante hectares à rafraîchir ! À la fin de l’année, les premiers animaux arrivent et les premiers arbres sont plantés.

En 1992, le chantier avance et c’est au tour de la fromagerie, de la porcherie, et de la salle de traite de voir le jour. C’est également l’année de la bénédiction de l’autel, qui marque la naissance du monastère. À partir de 1994, la construction de la nouvelle chapelle et du chapitre débute. En 1999, après des déménagements successifs tout au long des travaux, les dernières sœurs d’Ozon posent leurs valises au Pesquié. Aujourd’hui, ce sont cinquante-trois moniales et novices qui vivent sur cette nouvelle terre de la communauté.

Fidèles à leur sens de l’accueil, les moniales de l’abbaye du Pesquié acquièrent en 2000 l’ancienne maison de maître du Pesquié pour en faire un endroit accueillant pour leurs visiteurs : familles, amis, et scouts ! Comme elles ne sont jamais à court de nouveaux projets, les sœurs entament en 2002 la construction d’un clocher pour y rapatrier ensuite les cloches d’Ozon, qui retentissent aujourd’hui chaque jour dans toute la vallée.

Vous pensiez que le chantier était enfin terminé ? Et bien détrompez-vous : en 2011, c’est dans la construction d’une grande abbatiale, d’une miellerie et d’une cave à fromages que les sœurs se sont lancées.  

Pesquié
L’abbatiale se distingue par une apparence simple, sobre et lumineuse – ©Divine Box

L’abbatiale se distingue par une apparence simple, sobre et lumineuse – Divine Box

Mettre du cœur à l’ouvrage… et dans le fromage !

Si les projets se succèdent ainsi, c’est pour permettre aux sœurs de l’abbaye du Pesquié de développer de nombreux produits monastiques, grâce auxquels elles subviennent à leurs besoins. Entre les quarante hectares de culture céréalière, le troupeau de vaches laitières, le potager et les ruches, nombreuses sont les sœurs qui passent une grande partie de leur journée au grand air. D’autres se consacrent davantage à la reliure, la céramique, les ornements ou encore la pâtisserie. Leur spécialité culinaire ? Le pain d’épice ! À consommer sans modération avec leur fameuse confiture pastèque-citron ou encore leur compote à tartiner Tartipomme

Lire aussi : Monastère de La Garde : l’histoire d’une arrivée dans le Sud-Ouest

Après la traite, le lait du troupeau part directement à la fromagerie du monastère ! C’est là qu’il sera transformé en fromage Saint-Paterne dont la recette a été inventée par les bénédictines elles-mêmes il y a 25 ans. Il leur a valu une médaille au concours national de la tomme des Pyrénées au lait cru en 2016 ! Un équipement moderne, un label BIO décerné il y a 5 ans, un savoir-faire bien transmis et beaucoup d’amour : voilà les secrets d’un fromage de qualité.

Entre travaux de construction et artisanat monastique, les journées des bénédictines de Notre-Dame du Pesquié sont rythmées par les offices selon la règle de saint Benoît. Ils sont tous chantés en chants grégoriens…et sans fausse note !

Pesquié
Le nouveau matériel permet aux sœurs d’allier tradition et modernité pour fabriquer le Saint-Paterne.

Le nouveau matériel permet aux sœurs d’allier tradition et modernité pour fabriquer le Saint-Paterne

Savourez les délices du Pesquié !

Vous avez maintenant envie de découvrir les délicieux produits de l’abbaye du Pesquié ? Ils sont tous disponibles au magasin de l’abbaye : Le Pesquié, 09000 Serres-sur-Arget. Vous trouverez également sur leur site la liste des marchés et des commerces où vous pourrez les retrouver. Ceci étant dit, si c’est un peu trop loin, rendez-vous chez Divine Box : on vous propose un aperçu de ces merveilles avec la fameuse confiture pastèque agrumes qui vous emmènera au soleil le temps d’un petit-déjeuner !

Et pour en découvrir encore plus, rendez-vous sur la boutique monastique en ligne de Divine Box.

Divine Box

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom