Islam : oui, Macron est bien « complice de la confusion collective » !

0
249
Salafistes toulouse mirail islam
© Capture d'écran France 2

Lundi 28 octobre, Emmanuel Macron rencontrait à l’Élysée les représentants du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), cet organisme jadis créé à l’initiative (malheureuse) de Nicolas Sarkozy. 

Feu le cardinal Lustiger exprima alors sur ce fait une juste réprobation, regrettant que ce dernier ait ainsi fait de l’islam en France une sorte de « religion d’État ».

Ce n’est en effet que par la reconnaissance de l’État que l’islam en France existe en tant que religion !

Or, combien de fois faudra-t-il répéter qu’ils se trompent lourdement, les laïques qui fondamentalement ne voient l’islam que comme un phénomène religieux somme toute très semblable au catholicisme en particulier et au christianisme en général, dont les églises s’appelleraient mosquées, les curés imams, et dont la bible s’appellerait Coran ?

Lire aussi : Toulouse est la deuxième ville abritant le plus d’islamistes

Cela, alors que l’islam est avant tout une « orthopraxie », c’est-à-dire une pratique de vie conforme au modèle du prophète Mahomet, et non une « orthodoxie », c’est-à-dire d’abord une doctrine théologique juste.

Emmanuel Macron affirme préférer parler de laïcité que d’islam pour n’être pas « complice d’une espèce de confusion collective ».

En termes chrétiens, cela se traduirait par une affirmation de volonté de ne pas mélanger ce qui relève de l’État et ce qui relève de la religion (« Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ! »). Et donc, en termes laïques, de ne demander aux musulmans que de respecter les lois de la République. 

Mais c’est là qu’est l’erreur et même une macro-erreur !

Lire l’intégralité de l’article sur le blog de Bernard Antony

Bernard Antony.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom