Affiches sur la permanence du Parti de gauche : dégradation ou opinion ?

1
174
Jean-Luc Mélenchon Parti de gauche
Jean-Luc Mélenchon, leader de la France Insoumise. © Flickr

Des affiches dénonçant la présence de Jean-Luc Mélenchon à la manifestation contre l’islamophobie ont été apposées sur la vitrine du Parti de gauche 31 à Toulouse. La section a décidé de porter plainte. 

Dégradation ou expression d’un dégoût ? Des affichettes écrites à la main ont été apposées sur les vitres de la permanence du Parti de gauche à Toulouse. On peut y lire « Mélenchon trahison », « La France bien insoumise aux islamistes », ou encore « Daesh, burkini, cafés interdits aux femmes, sexisme islamiste au travail, rap francophobe… FI c’est oui ». Les affiches ne sont pas signées et ont été réalisées manuellement. 

Des « dégradations », vraiment ? 

Les responsables du mouvement ont condamné « fermement cet acte » et assurent qu’ils « continueront à dénoncer la stigmatisation dont sont l’objet nos concitoyens de confession musulmane », rapporte La Dépêche. Si le quotidien, qualifie cette action de « dégradations », aucun dégât n’est à signalé sur la façade de la vitrine ou aux alentours de la permanence. Le parti entend pourtant bien déposer une plainte. 

Lire aussi : Le vandalisme, maladie incurable venue de l’extrême gauche ?

Dans ce cas, peut-on réellement parler de dégradation ? Cette action isolée intervient dans un contexte où les questions sur l’implantation islamiste dans la vie politique française sont plus que jamais dans l’actualité. Listes communautaires aux élections municipales, affaire du voile en sortie scolaire ou encore l’attentat à la préfecture de Paris en octobre dernier, les sujets ne manquent pas à l’appel. À l’approche du quatrième anniversaire des attentats de Paris, le 13 novembre, une manifestation « contre l’islamophobie » a été organisée à Paris, le 10 novembre à la suite d’un appel signé par des hommes politiques de gauche et des associations, dont le CCIF, réputé proche des Frères musulmans. Jean-Luc Mélenchon et Yacine Bellatar, pour ne cité qu’eux avaient fait le choix de défiler à leurs côtés. 

De quel côté se trouve les insoumis ? 

Comme une sorte de réponse, même si les organisateurs affirment avoir prévu cette manifestation bien avant celle du 10 novembre, près d’un millier de personnes ont défilé dans Paris, dimanche 17 novembre, contre l’islamisme. Une mobilisation appelé par le Génération identitaire et rejoint par Academia Christiana. 

Lire aussi : Ce qu’enseigne l’imam de la grande mosquée du Mirail à Toulouse

Le ras le bol dans la population se fait de plus en plus sentir au fil des attaques et des revendications islamiques qui se multiplient sur le territoire français. Alors, certains ont peut-être voulu prendre quelques initiatives pour faire entendre leur colère et leur refus de se soumettre pour des raisons électoralistes ou idéologiques à un courant politico-religieux totalitaire et étranger. 

Étienne Lafage. 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom