Toulouse : la crèche vivante perturbée, notre journaliste agressé

26
10209
Après avoir harcelé, puis craché sur un père de famille, il s'en est pris à notre journaliste en lui arrachant son appareil photo. © Infos-Toulouse

L’édition 2019 de la crèche vivante de Toulouse a dû être écourtée après l’intervention de contre-manifestants devant des enfants apeurés. 

Ce devait être un samedi où l’esprit de Noël rayonnait sur Toulouse, un esprit loin du consumérisme des boutiques, des tensions qui traversent le pays entre gilets jaunes et forces de l’ordre. Un petit moment de paix dans une société dessoudée, un moment de partage face à l’individualisme, un moment de beauté avec des choristes, un moment de tradition avec la crèche vivante. 

Une contre-manifestation devenue démonstration christianophobe

Pour la septième année consécutive, l’association Vivre Noël autrement organisait la crèche vivante, place Saint-Georges à Toulouse. Si une partie est restée à l’endroit prévue, une autre délégation, composée des rois mages, de saint Joseph, de la Vierge et l’Enfant-Jésus, ont déambulé durant plus d’une heure dans l’hyper-centre de Toulouse, de la cathédrale Saint-Étienne au Capitole. Dans une ambiance bucolique, les bénévoles ont distribué entre deux chants de l’Avent, des petits prospectus avec les horaires des messes de Noël. 

Lire aussi : Crèche vivante perturbée : ce qu’il s’est passé

C’est au retour de la crèche déambulatoire que les esprits se sont échauffés avec une cinquantaine de manifestants, issus de l’extrême gauche. Sous couvert de « laïcisme », ils ont sifflé les choristes, scandé des chansons blasphématoires et insulté des participants avant d’en arriver aux mains avec certains, arguant « que cet événement était illégal dans un État laïc ». Pas de chance pour eux, la préfecture, comme la municipalité avait bien autorisé la tenue de la crèche vivante, contrairement à leur rassemblement. 

Un journaliste d’Infos-Toulouse agressé

Plusieurs contre-manifestants ont tenté d’atteindre la crèche. L’un d’entre-eux, visiblement en plein live sur les réseaux sociaux, a pris à partie des bénévoles de l’association, insultes en prime. Évacué une première fois, il est revenu à la charge, et c’est à ce moment, que notre équipe de journalistes qui filmait la scène, a été prise à partie par quelques individus, n’hésitant pas à arracher l’appareil photo de notre reporter pour le jeter au sol. Un geste lâche de la part de ce militant opposé à la liberté d’informer qui lui vaudra une seconde exclusion de la place, obligé de rejoindre ses comparses, dont des membres clairement identifiés de l’association Act Up, Union Antifasciste Toulousaine et d’autres groupuscules de l’extrême gauche, réunis pour tenter de contrôler un nouvel acte des Gilets jaunes. 

Lire aussi : Antifas, Black bloc : ils tentent de détruire les Gilets Jaunes

Suite à ces escarmouches, la crèche vivante a été écourtée de plus d’une heure, empêchant trois groupes de choristes de se présenter sur scène et les enfants de poser dans la crèche. Outré, les participants ont été contraint de quitter la place, parfois sous les pleurs effrayés des enfants. 

L’archevêque « déplore » cette attaque

Dans un communiqué publié dimanche 15 décembre, l’archevêque Monseigneur Le Gall a condamné cette interruption de la Crèche vivante.

Lire aussi : Une crèche vivante de Noël à Toulouse

« Cette manifestation joyeuse durant laquelle des chants de Noël sont entonnés, des scènes de Nativité jouées par des enfants et des adultes, aidés par de multiples animaux, n’a d’autre but que de donner de la profondeur à cette fête. En tant qu’Archevêque de Toulouse, je déplore que le simple rappel de la naissance de Jésus et des valeurs qu’elle véhicule (accueil de l’étranger, annonce de la Paix et signe d’une tendresse dont nous avons tous besoin) ne soit plus respectée dans notre pays et suscite même des actes de violences verbales et physiques de ceux qui s’érigent comme défenseurs de la liberté. J’invite chacun à défendre pacifiquement la liberté d’expression ainsi qu’à respecter l’histoire et les traditions de notre pays. + Robert Le Gall ».

Face à la violence et la censure d’en face, soutenez-nous ! 

Étienne Lafage.

26 Commentaires

  1. S’attaquer à des enfants : Le courage gauchiste. Vous pouvez être sûr qu’aucun d’entre eux n’oserait faire le dixième de ce qu’ils font aux chrétiens aux musulmans ou aux juifs. Ces gens sont souvent jeunes et manipulés. On leur vante les bienfaits du mondialisme à longueur de journée, des cours du matin jusqu’au film du soir, ils deviennent des humains hors sol, qu’on a éduqués à détester leurs propres racines. Sans Histoire, sans pays, sans identité, sans transcendance, enchaînés au présent, ils sont leur voiture, leurs habits, leur compte youtube, leur compte en banque… Envers eux, j’éprouve plus de pitié que de colère.

  2. certains parlent d’état laic mais,les lois ne sont pas appliquées pour le voile et j’en passe!!!pour d’autres oui!!!pas de signes visibles aussi,sauf pour certains présentateurs comme TPMP!!!!

  3. Si j’essaie d’aller à la source du problème, je dirais que c’est la forme qui est scandaleuse, plus que que le fond. En effet, être contre une crèche dans la rue peut se concevoir, mais normalement on doit pouvoir exprimer cette opinion calmement, de manière argumentée, et en lieu adéquat. Ici, ces « opposants anti-capitalistes » ont surtout démontré leur immaturité et leur intolérance. C’est malheureusement une triste habitude prise par un certain courant d’extrême gauche, qui veut « interdire » tout ce qui ne lui plaît pas. Même François Hollande en a fait les frais: il n’a pas pu présenter son livre, dernièrement, à cause des mêmes agités. Je ne sais pas trop quoi faire pour contrecarrer ces mauvaises habitudes adoptées par une minorité, car elles trouvent leur source dans l’absence de civisme, ce qui est difficile à rattraper. Je remarque en passant que cette attitude anti-civique est en fait le fruit de la société de consommation. Ces manifestants sont en fait très représentatifs de la société qu’ils dénoncent: ils incarnent ce que peut donner l’individualisme roi (« je ne supporte pas ce qui n’est pas moi »).

  4. Il faut mettre en scène un homme arragant la foule pour la liberté, arrêté par des hommes en uniforme le matraquant, le torturant et mi en prison sans autres forme de procès.
    Ce serait sans doute là un message d’amour de quelques uns envers l’humanité. Non ?
    JM

  5. Tout est est manipulation, je n’avais pas encore vue autant de manipulations depuis l’élection de Macron
    Depuis le début, c’est manipulation on n’a qu’a écouté ,lors des manifestation des gilets jaune, ce sont eux les casseurs pas les black bol
    Mais on laisse les extrême devenir de plus en plus virulent dans les paroles comme dans les acvtes et ça devient dangereux.

  6. Mais arrêtez par pitié de tout mélanger.
    Laissez les musulmans où ils sont.
    Ici il s’agit simplement de pauvres types qui sont tellement peu sûrs d’eux qu’ils s’en prennent à des enfants.
    Ne vous en déplaise, si les laïcs de l’Eglise n’avait pas laissé le soin aux religieux de « faire du social », vous n’auriez probablement pas ce type de réaction de la part de ces personnes.
    Ce qu’ils attaquent en fait ce sont les bourgeois mièvres qui se proclament catholiques et qui, eux, sont hors-sol d’une société française laissée pour compte.
    Ce n’est pas en vous cachant derrière vos « droits » que vous modifierez cette réalité.

  7. On n’arrête pas de parler de « gauchistes » et là j’ai du mal à comprendre…. c’est quoi un « gauchiste »? Et pourquoi pas l’extrême droite? Ou le centre, voire la droite ou la gauche…. pour moi ce ne sont que des ( permettez-moi l’expression) petits cons avec un petit pois en guise de cerveau… c’est honteux et choquant….

  8. « Illégal dans un Etat laïc ». C’est bête pour ces gauchistes parce que la France est et sera toujours catholique, qu’il le veuillent ou non.

  9. […] Ils resteront ensuite plusieurs minutes devant l’édifice en attendant de voir sortir la dizaine de manifestants qui resteront réfugiés dans l’église. À noter qu’aucune dégradation et manque de respect n’est à signaler à l’intérieur du lieu de culte. Sur les images, on voit le groupe être plutôt calme et respectueux des quelques personnes se recueillant dans la nef. Un autre visage que celui montré par une branche de l’extrême gauche se revendiquant des Gilets jaunes qui avaient perturbés une crèche vivante, en décembre dernier.   […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom