SOS Chrétiens d’Orient : quatre collaborateurs disparaissent en Irak

2
345
SOS Chrétiens d'Orient

Quatre collaborateurs de l’association humanitaire SOS Chrétiens d’Orient sont portés disparu depuis lundi 20 janvier. Ils n’ont pas donné signe de vie alors qu’ils se trouvaient dans la capitale irakienne, Bagdad. L’inquiétude grandit parmi les sympathisants de l’organisme. 

Ils n’ont pas donné signe de vie depuis le lundi 20 janvier dernier. Quatre collaborateurs de l’association humanitaire SOS Chrétiens d’Orient ont disparu dans la capitale irakienne, Bagdad, à proximité de l’ambassade de France. Alors qu’ils devaient se rendre en voiture à un rendez-vous en fin d’après midi, ils n’ont plus donné de nouvelles, malgré plusieurs tentatives de contact « restées infructueuses toute la journée de mardi », affirme l’association dans un communiqué

Les autorités françaises ont été immédiatement alertées et se coordonnent avec les autorités irakiennes pour enquêter et retrouver leur trace. SOS Chrétiens d’Orient vient en aide aux communautés chrétiennes de manière permanente en Syrie, Irak, Liban, Jordanie et Égypte et effectue également des missions ponctuelles au Pakistan, en Éthiopie et en Arménie. Les quatre individus dont leur identité n’a pas été communiqué, s’étaient rendus à Bagdad pour régler « un certain nombre de formalités administratives : renouveler leurs visas et poursuive la procédure d’enregistrement de l’association auprès des autorités irakiennes », précise l’association. Mais leur mission était surtout « un suivi des opérations de l’organisme en Irak, dont l’ouverture d’une nouvelle école »

Quel est le profil des disparus ?

Si leurs identités n’ont à ce jour pas été communiquées « pour des raisons de sécurité », SOS Chrétiens d’Orient précise qu’il s’agit de quatre salariés « expérimentés, en bonne santé et avec une parfaite connaissance des zones de crise ». L’un est de nationalité irakienne, trois sont français. Ils résidaient tous dans un hôtel réputé pour accueillir régulièrement du personnel international et suivaient un protocole de sécurité « adapté à la région ». 

Lire aussi : La cathédrale Saint-Étienne sonne l’angélus pour la première fois depuis… 1962

Un protocole qui comprend des plans audités par des experts indépendants, des formations du personnel, une veille sécuritaire active et une équipe de soutien à Paris mobilisable à tout moment. Les équipes de l’association, qui invitent ses sympathisants à « prier », sont « en contact étroit avec les familles » des disparus. 

Présent dans huit pays depuis sa création en 2013, c’est la première fois qu’un tel drame se produit au sein de l’organisme. Depuis sept ans, SOS Chrétiens d’Orient tente d’apporter une aide matérielle et un soutien moral aux populations vulnérables, dont font partie les chrétiens. De l’aide d’urgence aux projets sur du moyen-long terme, du développement économique, culturel et à l’éducation, les bénévoles contribuent à la construction et la reconstruction de zones touchées par la guerre. Pas moins de « 2.000 volontaires se sont rendus sur place depuis la création de l’organisme, portant ainsi assistance régulière à plus de 20.000 familles et plusieurs centaines de milliers de personnes de manière ponctuelle », indique l’association. 

Si les équipes se disent « inquiets », l’espoir doit prédominer et de nombreux messages de soutien ont fleuri sur les réseaux sociaux depuis l’annonce, vendredi 24 janvier. Aucune revendication ou demande de rançon n’a pour l’heure été reçue. 

https://twitter.com/HellasJuris/status/1220770949844406273

https://twitter.com/larochebaptiste/status/1220835563118481410

 

Étienne Lafage.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom