Coronavirus : à l’aube d’une épidémie à l’échelle mondiale ?

7
455
Coronavirus
© Pixabay

Le 24 janvier dernier a été détecté le premier cas de coronavirus en France. Depuis, le virus se répand, obligeant le gouvernement à prendre les devants.

Le vendredi 28 février le ministre de la santé Olivier Véran a annoncé que le stade 2 est franchie. Ce stade correspond à freiner la propagation du virus sur le territoire. Ce même jour l’OMS élève le niveau de la menace internationale au statut « très élevée ».

Depuis samedi soir, les manifestations de plus de 5.000 personnes sont interdites sur le territoire et le gouvernement a annoncé l’annulation de plusieurs événements : le semi-marathon de Paris prévu le 1er mars, une fermeture précoce du salon de l’Agriculture, le Carnaval d’Annecy, le Mipim de Cannes et le salon du livre à Paris.

Édouard Philippe s’adresse aux français : « Je ne veux ni faire peur, ni faire comme si tout cela n’était pas grave. Je dis aux Françaises et aux Français que nous avons un plan, nous prenons des mesures qui ont pour objectif de ralentir au maximum la circulation du virus pour éviter ou retarder au maximum le passage au stade 3, quand le virus circule librement sur le territoire »

Alors que lundi 2 mars, le nombre de Français contaminé dépasse 130, par mesure de sécurité, le ministère de l’Éducation Nationale a suspendu tous les voyages scolaires. Neuf personnes sont en état grave, douze ont pu guérir et trois sont décédés.

Lire aussi : Novlangue : Les 50 mots que vous entendrez partout en 2020

En Occitanie, 5 cas de coronavirus ont été détecté à Montpellier. Il s’agit d’un couple et de leur fils de 4 ans qui avaient séjourné en Italie et de deux autres hommes de 31 et 41 ans respectivement, tous deux rentrés d’Italie la semaine dernière.

Dans l’Oise, où plus de 40 cas sont détectés et où ont eu lieu les premiers clusters, la célébration des messes a été suspendue pour limiter au maximum la propagation du virus  et une centaine d’établissements scolaires n’ouvreront pas leurs portes malgré la fin des vacances de février. C’est le cas aussi à La Balme en Haute-Savoie, deuxième foyer de malades recensés.

En Bretagne, dix-neuf cas ont été détectés dont treize dans le Morbihan, entraînant la fermeture de plusieurs crèches et établissements scolaires. On décompte douze régions touchées en France dont les trois principaux foyers sont les Hauts-de-France, l’Île-de-France et l’Auvergne-Rhône-Alpes. En Outre-mer, trois cas ont été confirmés en Guadeloupe, dans les îles Saint-Martin et Saint-Barthélémy.

Alors que l’économie risque d’être impactée selon le ministre de l’économie Bruno Le Maire, ce sont peut-être également les élections municipales qui seraient reportées si les mesures actuelles restent stériles.

La ville de Wuhan en Chine, première cible du virus

Le 31 décembre 2019, l’OMS avait alerté sur plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan en Chine mais ce virus n’était pas encore connu. Il a fallu attendre le 7 janvier 2020 pour que les autorités chinoises confirment qu’il s’agissait bien d’un nouveau virus de la famille des coronavirus. Il serait apparu au marché de poisson de Wuhan et la cause serait la chauve souris. Hors de nombreuses autres hypothèses sont remises en question et depuis lors aucune origine précise du coronavirus n‘est certifiée. Plusieurs publications font référence au pangolin, petit mammifère consommé dans le sud de la Chine qui pourrait être impliqué comme hôte intermédiaire entre la chauve-souris et l’Homme. Il s’agirait donc d’une zoonose, c’est-à-dire d’une maladie qui peut se transmettre de l’animal à ‘Homme.

Les cas se multipliant à une vitesse exponentielle, cela a amené les chinois à construire en seulement dix jours un hôpital spécialisé pour ces malades.

Lire aussi : Réforme des retraites : pourquoi s’y opposer ?

Des contrôles de la température frontale ont été mis en place dans les aéroports afin de dépister les éventuels patients malades en provenance de Chine. Mais ces mesures n’ont pas enrayé la propagation du virus en dehors du territoire asiatique.

Le 13 janvier dernier, un premier cas en Thaïlande était détecté, puis au Japon, aux États-Unis, à Taïwan… Ce sera ensuite au tour de la Finlande, de l’Allemagne, de l’Italie, de la Suisse, de la Croatie, du Brésil et de l’Afrique…. soit un total de 63 pays touchés, dont principalement la Chine, la Corée du Sud, l’Italie, le Japon et l’Iran. Plus de 85.000 personnes sont actuellement contaminées dans le monde. 3.000 décès sont à dénombrer. 

Les gestes pour limiter la propagation du virus.

Le Ministère de la Santé préconise de se laver les mains, d’utiliser un mouchoir à usage unique, d’éternuer  dans son coude et de porter un masque en cas de symptômes. Il insiste également sur le fait d’éviter les rassemblements publics tels que les aéroports et les gares, de reporter les voyages à l’étranger, de privilégier le télétravail si possible, de limiter les certaines formes de salutation, comme l’a souligné Olivier Véran : « Je recommande désormais, et pour une période qui reste à déterminer d’éviter la poignée de main ».

En cas de doute, il faut éviter de se rendre chez son médecin ou aux urgences et composer le 15, qui mettra si besoin en place un protocole particulier pour la prise en charge.

De plus la sécurité sociale a mis en place, en cas d’isolement obligatoire, un système dérogatoire qui permet de bénéficier de 20 jours d’arrêt de travail avec indemnités, sans délai de carence.

Pour toute question sur le coronavirus d’ordre non médical, il est demandé de se rapprocher de professionnels en composant le numéro vert : 0800 130 000. Ce service est ouvert de 9 heures à 19 heures pour répondre à toutes les questions qui ne concernent pas la santé.

Le COVID-19 (Corona Virus Disease 2019)

Le COVID-19  appartient à la famille des CoVs (Coronaviruses) qui sont des virus enveloppés, constitués d’un ARN simple brin et dont le génome est sans doute le plus grand connu de nos jours. Sa cible principale est le tractus respiratoire et il entraîne des maladies respiratoires.

Ce virus est hautement contagieux avec deux heures de survie dans l’air. La période d’incubation après l’infection est généralement de 4-8 jours. Tous les groupes d’âge sont exposés au virus.

Lire aussi : Quel intérêt d’avoir des OGM dans nos assiettes ?

Le taux de reproduction de base (RO) du virus  qui représente le taux de personnes  susceptibles d’être contaminées par un patient malade est d’environ 2,68.

L’observation clinique montre que la moyenne d’âge des personnes touchées est de 55 ans, avec une prédominance chez les  hommes. La durée d’incubation  peut varier de «  6 à 14 jour », selon l’Institut Pasteur.

Symptômes :

Les symptômes les plus communs sont fièvre (98,6%),  fatigue (69,6%), toux sèche (59,4%), douleurs musculaires (34,8%), accompagnés chez certains patients de douleurs au pharynx  et de diarrhée.  On peut les caractériser par une dyspnée (difficulté respiratoire) et hypoxémie (baisse du taux d’oxygène dans le sang), aboutissant  en une semaine seulement au syndrome de détresse respiratoire aïgûe, choc septique, acidose métabolique, défaut de coagulation et même le syndrome de dysfonctionnement de multiples e organes. 

Diagnostic et traitement :

« La suspicion du diagnostic repose actuellement sur les signes d’infection respiratoire et un test de diagnostic a été développé par le Centre national de référence des virus des infections respiratoires afin de détecter ce nouveau virus sur des prélèvements d’origine respiratoire. Il est maintenant disponible dans de nombreux hôpitaux du territoire national français », toujours selon l’Institut Pasteur.

Il n’y a actuellement aucun traitement contre ce virus. Le traitement est donc symptomatique.

Qu’est-ce qu’un virus ?

Parmi les nombreux  agents pathogènes provoquant des maladies infectieuses, le virus est un agent infectieux composé d’un type d’acide nucléique (ADN ou ARN) qui constitue son génome. Il ne peut se reproduire qu’au sein d’une cellule vivante modifiant le programme intracellulaire et se propageant ainsi dans l’organisme entier avec pour but d’assurer sa survie. Le virus peut être nu ou enveloppé, c’est-à-dire entouré d’une couche et cette enveloppe a une importance capitale pour lutter contre le virus. En effet, un virus enveloppé  présentera une forte résistance aux agents extérieurs et échappera plus facilement aux défenses immunitaires de son hôte. 

7 Commentaires

  1. 1 – Préparez-vous, stockez tout ce dont vous avez besoin et qui vous est utile pour être en mesure de passer une période difficile de quelques semaines. Sans panique et sans peur car cela ne sert à rien, mais un homme (et cela fonctionne aussi parfaitement pour les dames) averti en vaut deux et un homme préparé en vaut 4 comme disait mon grand-père.
    2 – le choc inflationniste qui va nous frapper d’ici quelques jours à quelques semaines. Si je m’en vais vous décrire ce qu’il va se passer, ne me demandez pas de vous donner une date précise. Je n’en sais rien, mais ce sera un gros et grand sujet dans les jours et semaines à venir.

  2. Pendant que la Grèce est en état d’alerte maximale depuis la décision d’Erdogan d’ouvrir les vannes de l’immigration, on apprend, juste en passant, que le coronavirus est copieusement installé en Afrique.
    le dictateur Turc a décidé d’ouvrir sa frontière avec l’Union européenne, provoquant l’afflux de milliers de migrants. Pour la presse, le spectre d’une nouvelle crise migratoire fait naître des réactions multiples.
    L’OMS s’inquiétait de la propagation du virus dans des pays dont les systèmes de santé sont ‘précaires’, pour rester courtois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom