Pierre Laffont : « Il reste des jeunes prêts à prendre progressivement la relève »

6
740
Pierre Laffont
Pierre Laffont, candidat sans étiquette à Pechbonnieu (Haute-Garonne).

Les élections municipales sont l’occasion pour les jeunes engagés en politique de faire leurs premiers pas dans les affaires de la cité. C’est l’engagement prit par Pierre Laffont, âgé de seulement 20 ans, qui entend bien conquérir l’hôtel de ville de Pechbonnieu.

À 20 ans, Pierre Laffont est la plus jeune tête de liste de Haute-Garonne pour les prochaines élections municipales. Étudiant en deuxième année de droit à l’Université Toulouse-Capitole, il a décidé de s’engager dans la bataille municipale face à la maire sortante socialiste, Sabine Geil-Gomez, en place depuis 2001. À la tête d’une liste sans étiquette« avec des personnes de droite à gauche », le jeune candidat souhaite mettre fin à « la gestion qui est faite ainsi que l’absence de démocratie jusqu’à maintenant ». Dans une commune où le vote traditionnel en faveur des tendances radicales socialistes est en forte baisse, au profit de LREM et du RN, Pierre Laffont entend bien profiter d’une brèche pour devenir le plus jeune maire de France. 

Vous êtes à 20 ans le plus jeune candidat déclaré en Haute-Garonne, d’où vous vient le virus de la politique ?
Le virus de la politique comme vous dites m’est tombé dessus grâce à mon institutrice lors de la présidentielle de 2007, j’étais au CE1. Elle nous avait présenté les candidats, l’élection, ce que représente la démocratie. Progressivement ma réflexion a mûri et on intérêt à grandi jusqu’à aujourd’hui encore.

On dit souvent que les jeunes se désintéressent beaucoup de la politique. Est-ce aussi votre ressenti ?
Bien évidemment, si l’on regarde les chiffres, il n’y pas à avoir de doute sur le désintérêt grandissant des jeunes. Mais ma vision est personnelle est biaisée car je suis entouré d’amis passionnés de politique. Les cours de droit constitutionnel ont fait aimer la politique à beaucoup de personne en première année ! Même si les jeunes politisés sont de plus en plus rares, il en reste heureusement, prêts à prendre progressivement la relève à terme.

Lire aussi : Myriam Crédot : « Nous sommes les seuls à représenter le centre-droit à Muret »

Les encouragez-vous à s’engager ?
Oui absolument, ma liste contient six jeunes entre 18 et 20 ans ce qui est rare. Et je suis épaulé par des amis pour qui j’ai contribué à faire aimer la politique.

Pourquoi s’engager dans la vie politique locale, alors que beaucoup estiment les conseils municipaux plutôt ennuyant ?
Je trouve les conseils municipaux passionnants justement. L’engagement citoyen et politique local ne peut certes pas passionner tout le monde. Il a mauvaise réputation par ses caricatures de lenteurs et le souci du détail. Pour moi ces attentions, cette vigilance au moindre détail est essentielle et importante dans le quotidien des gens.

« Pechbonnieu a une capacité de création d’emplois encore importante »

Quel projet global souhaitez-vous apporter à votre commune ?
Mon projet s’articule en cinq points principaux : le bien être des enfants avec le grand projet d’école ; le retour de la sécurité (civile, routière et sanitaire) ; le cadre de vie avec le suivi des infrastructures ainsi que la relance du cœur de ville; l’écologie qui est incontournable en 2020, cela commence au niveau local ; l’accompagnement des entreprises et associations.

Pechbonnieu comme les autres communes avoisinantes de Toulouse sont-elles condamnés à devenir des villes dortoirs, ou peuvent-elles retrouver un certain dynamisme, attractivité ?
Pechbonnieu a une capacité de création d’emplois encore importante. Il y a de nombreux projets à faire naître et créer pour justement sortir de l’idée de banlieue dortoirs. Nous voulons aussi rétablir les spectacles comme il y en avait davantage jadis. Pechbonnieu se démarque aussi des autres communes proches de Toulouse qui font souvent partie de la métropole. Pechbonnieu est le chef lieu de la communauté de commune des Coteaux Bellevue. Cela lui permet de rester un centre décisionnel, et nous devons en profiter à l’avenir.

Combien de listes convoitent la mairie ? Quel est le profil de la maire sortante ?
Il y a cette fois-ci deux listes à Pechbonnieu. C’est la première fois qu’il y a une opposition depuis 2001. La commune de Pechbonnieu s’est particulièrement dégradée durant ce dernier mandat. L’absence de débat démocratique jusqu’à maintenant n’a pas permis un meilleur échange d’idées, c’est regrettable pour tout le monde. La maire sortant Sabine Geil Gomez, cumule son poste de maire avec les qualités de présidente de la communauté de communes et de conseillère départementale.

L’instant anecdote, avec Pierre Laffont

Il y a une dizaine d’années, Pechbonnieu avait accueilli en concert Alain Bashung juste avant son décès. C’est un artiste que j’adorais. Pechbonnieu a reçu de grandes célébrités à cette époque comme Bernard Lavilliers et Calogero aussi mais ce n’est plus le cas depuis de nombreuses années. J’aimerais faire revivre la commune avec des projets de ce type.

Pierre Laffont et sa liste Union pour l’alternative à Pechbonnieu organise une réunion publique, jeudi 5 mars à 20 heures, à la salle polyvalente de Pechbonnieu. 

La liste Union pour l’alternative à Pechbonnieu

1. Pierre Laffont, étudiant
2. Annie Marty, retraitée
3. Pierre Chauvet, infirmier
4. Agnès Aujard, adjointe de direction
5. Alexandre Pineda, étudiant
6. François Brun, assistante maternelle
7. Emmanuel Richir, directeur planning de production
8. Stéphanie Laffont, agent d’escale Air France
9. Romain Valent, cadre
10. Alexandra Serra, étudiante
11. Jean-Paul Gaillard, retraité
12. Jacqueline Bonnefous, retraitée
13. Philippe Gai, mécanicien de précision
14. Audrey Peres, responsable de restauration
15. Claude Laffont, professeur d’économie et de gestion
16. Maire-Aimée Paris, infirmière
17. Mostafa El-Amari, soudeur
18. Josiane Paubert, retraitée
19. Meidi Taouri, coach sportif
20. Stéphanie Pitot, infirmière-puéricultrice
21. Joseph Maia Ribeiro, étudiant
22. Salomé Delpy, étudiante
23. Didier Laffont, chauffeur
24. Aurélie Laffont-Laporte, étudiante
25. Sébastien Muratet, conseiller financier
26. Monique Marani, femme au foyer
27. Aimé Paris, retraité

La liste Union pour l’alternative à Pechbonnieu sera opposée à celle de la maire sortante socialiste, Sabine Geil-Gomez : « Pechbonnieu pour vous ».

6 Commentaires

  1. […] Le candidat « sans étiquette » à Pechbonnieu a été battu par la maire sortante, Sabine Geil-Gomez avec 73,55% des voix. La plus jeune tête de liste obtient tout de même 26,45% des voix, soit trois sièges au conseil municipal, et un à la communauté de commune. « Nous sommes très content parce qu’on a fait cette liste en partant de zéro. On est fier, on est près à défendre nos habitants et améliorer la démocratie », a réagit Pierre Laffont.  […]

  2. […] Le candidat « sans étiquette » à Pechbonnieu a été battu par la maire sortante, Sabine Geil-Gomez avec 73,55% des voix. La plus jeune tête de liste obtient tout de même 26,45% des voix, soit trois sièges au conseil municipal, et un à la communauté de commune. « Nous sommes très content parce qu’on a fait cette liste en partant de zéro. On est fier, on est près à défendre nos habitants et améliorer la démocratie », a réagit Pierre Laffont.  […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom