8 mars : le centre-ville de Toulouse vandalisé par des militants féministes

0
342
8 mars

Il fallait se frotter les yeux plusieurs fois pour y croire. Plus de 600 tags et d’affichettes ont sauvagement recouverts les murs, les devantures de magasins et même des statues du centre-ville de Toulouse, dans la nuit du samedi au dimanche 8 mars. Dans un périmètre situé entre la place Saint-Georges et le Capitole, des militants féministes ont marqué leur passage lors de la manifestation nocturne, provoquant l’indignation d’une partie de la classe politique et des nombreux promeneurs interloqués. 

Lire aussi : Tensions chez les antifas sur fond de transphobie

Le candidat-maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc a condamné les « actes de vandalisme commis par une poignée d’extrémistes en marge de la manifestation féministe », jugeant que ces dégradations « dévoient » la cause des femmes. 

Lire aussi : Les Antigones : « Porter un discours vrai sur la féminité »

Les autres candidats aux élections municipales ne se sont pas prononcés à l’heure actuelle sur ces dégradations. Seule à gauche, Nadia Pellefigue, a condamné dans un tweet tout en vantant en réponse les « plus beaux graffitis féministes à Paris ». 

4.000 personnes à la manifestation

Plus de 4.000 personnes ont participé à la marche reliant Jean-Jaurès au Monument aux morts. Une mobilisation d’ampleur, motivée par la polémique autour du César reçu par le réalisateur Roman Polanski, le 28 février dernier et après une année marquée par le Grenelle sur les violences faites aux femmes et l’affaire Matzneff. 

La rédaction d’Infos-Toulouse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom