Méditer son chapelet avec Monseigneur Lefebvre

0
282

Pendant une semaine, Infos-Toulouse vous proposera une méditation par jour pour mieux réciter son chapelet. 

En période d’épidémie, d’absence de messe pour les fidèles, d’isolement et à l’approche des fêtes pascales, la rédaction vous propose quotidiennement une courte méditation des Mystères du chapelet, inspirée des écrits de prêtres et de religieux. Une manière de garder la foi, l’espérance et se recentrer sur l’essentiel dans ces moments difficiles. 

Lire aussi : Pourrons-nous célébrer les fêtes religieuses en avril ?

 

Premier mystère Joyeux : l’Annonciation
Fruit de ce mystère : la Foi et l’Humilité

Le seigneur a mis des siècles à préparer le fiat de Marie. Toute l’histoire du peuple élu prépare cette créature exceptionnelle qui sera la véritable arche d’alliance.

Vous vous souvenez de la plus belle louange que Notre-Seigneur a adressée à sa mère, lorsqu’il lui a dit qu’il l’honorait, qu’il l’aimait parce qu’elle faisait sa volonté et non pas tant parce qu’elle l’avait allaité. D’après les évangiles de Luc (Lc 11, 27-28), Notre-Seigneur lui dit : « je loue bien plus ma mère parce qu’elle a dit son fiat, que parce qu’elle est ma mère. Et elle est ma mère, parce qu’elle a prononcée son fiat« .

Deuxième mystère Joyeux : la Visitation
Fruit de ce mystère : la Charité fraternelle

Marie nous a laissé les paroles vibrantes du Magnificat : le Magnificat est son Évangile. « Mon âme magnifie le Seigneur et mon esprit exulte de joie. » Marie rend grâces à Dieu de ce qu’elle a reçu de l’Esprit saint et de ce qu’elle est devenue Mère de Dieu.

Dans son Magnificat, la Sainte Vierge nous enseigne l’humilité. Elle insisté deux fois sur cette qualité qui lui a été demandée : « Il a regardé l’humilité de sa servante » (Luc 1, 48) dit la très Sainte Vierge, et elle ajoute : « et il a exalté les humbles » (Luc 1, 52). Elle précise qu’elle a été choisie à cause de cette vertu. Fin de citation du livre

L’humilité est la clé pour la relation avec Dieu, elle appelle sur nous les dons, implore d’elle-même et par nos repentirs la miséricorde pour nos péchés, nous empêche de juger durement le prochain, elle nous place en quelque sorte dans une position d’abandon spirituel envers le Bon Dieu, comme la si saintement illustrée la « Petite voie de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus ».

Troisième mystère Joyeux : la Nativité
Fruit de ce mystère : l’Esprit de pauvreté

Il faut que le monde s’humilie à nouveau devant Notre Seigneur Jésus-Christ, qu’il s’agenouille devant ce grand mystère, comme l’ont fait les rois mages devant l’Enfant-Jésus, lui le Créateur du monde et de l’univers, venu dans une crèche. Il faut que le monde d’aujourd’hui lui aussi s’agenouille devant l’Eucharistie et reconnaisse la divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ et sa présence dans la sainte Eucharistie.

Vénérons-le, adorons-le, comme la Sainte Vierge Marie, comme le vieillard Siméon, comme les rois mages, comme les bergers de Bethléem.

Quatrième mystère Joyeux : la Présentation de l’Enfant-Jésus au temple et la Purification de la Sainte Vierge
Fuit de ce mystère : La pureté et l’obéissance

Comme Jésus et Marie se sont préentés au Temple, aujourd’hui, vous aussi, suivez Marie et Jésus pour vous présenter à cet autre Temple qu’est l’Église. Puissiez-vous vous présenter avec des cœurs aussi purs, avec des dispositions aussi saintes que celles de la Vierge Marie et de l’Enfant-Jésus. Ce n’étaient pas le Temple ni la purification, mais la sainte Famille a voulu obéir à la Loi et manifester ainsi l’importance de l’Église. 

Quant à vous, prenez la résolution d’être chastes, d’être purs comme la Vierge Marie, afin que tous ceux qui vous voient vivre aient ce désir de vivre dans la pureté, dans la chasteté, dans le don à Dieu, dans la fidélité aux commandements de Dieu et dans l’obéissance. Vous prendrez la résolution aussi de vivre dans l’obéissance et d’être fidèles toujours à Jésus-Christ, à la très sainte Vierge Marie et à la sainte Église.

Cinquième mystère Joyeux : Le recouvrement de Notre-Seigneur au temple et la vie cachée de Nazareth
Fruit de ce mystère : la recherche de Dieu en toutes choses

Marie se soumet à la volonté de Dieu en toutes circonstances. Elle est animée d’une crainte filiale (faire de la peine à celui que l’on aime). Il ne s’agit pas d’une crainte servile (peur des châtiments). Son amour de Dieu lui fait craindre tout ce qui pourrait lui déplaire. Elle soumet donc toute sa vie au Bon Dieu. Et Dieu sait si elle a eu des épreuves ! Elle les a toutes offertes.

L’épreuve de Bethléem, celle de Jésus qui les abandonne et qui demeure dans le Temple. Pendant trois jours, la Sainte Vierge le cherche dans la douleur : « Votre père et moi-même, nous vous cherchions dans la douleur » (Luc 2, 48). Elle le dit à l’Enfant Jésus.

Faire la volonté de Dieu est plus important que toutes les grâces que nous pouvons recevoir. Par cette soumission à la volonté du bon Dieu, nous serons vraiment les disciples de Notre-Seigneur, nous serons aimés de lui et nous lui prouverons notre amour envers lui.

Demandons à Notre-Seigneur qu’il mette dans notre volonté les dispositions qu’il a eues dans sa volonté humaine. Si nous avons les mêmes dispositions que lui, notre volonté s’efforcera de ne jamais s’écarter de la volonté de Dieu.

Le rosaire avec Mgr Marcel Lefebvre

Le rosaire avec Monseigneur Marcel Lefebvre, abbé Patrick Troadec, Via Romana, mars 2017, 148 pages, 9 neuf euros.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom