Méditer son chapelet avec le Sacré Cœur

1
281
Sacré Cœur

Pendant une semaine, Infos-Toulouse vous proposera une méditation par jour pour mieux réciter son chapelet. 

En période d’épidémie, d’absence de messe pour les fidèles, d’isolement et à l’approche des fêtes pascales, la rédaction vous propose quotidiennement une courte méditation des Mystères du chapelet, inspirée des écrits de prêtres et de religieux. Une manière de garder la foi, l’espérance et se recentrer sur l’essentiel dans ces moments difficiles. 

Lire aussi : Pourrons-nous célébrer les fêtes religieuses en avril ?

Le Sacré Cœur par l’abbé Alain Delagneau

Premier mystère Glorieux : la Résurrection
Fruit de ce mystère : la Foi

La première victoire du Sacré Cœur est sur la souffrance et la mort, conséquences du péché originel. Désormais, tous ces maux ne peuvent plus l’atteindre. « La mort a été engloutie dans la victoire » (1Cor. 16,55).

Tous, nous aspirons à vivre sans fin et à ne pas souffrir. Eh bien cette victoire du Christ s’étendra à chacun des membres de son Corps mystique: « Quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois tu cela ? » (Jean 11,26). Après la mort qui nous configuré au Christ dans la réparation du péché, nous ressusciterons avec un corps impassible et immortel.

Ô Sacré Cœur de Jésus, comment ne pas vous louer constamment pour cette victoire dont vous voulez me faire participer éternellement. Quel merveilleux avenir pour nous, grâce à vous.

Deuxième mystère Glorieux : l’Ascension
Fruit de ce mystère : l’espérance et le désir du ciel

La deuxième victoire du Sacré Cœur, c’est l’ouverture du ciel qui restait inaccessible aux hommes, même justes, après le péché originel. Assis à la droite du Père, le Sauveur connaît dans sa nature humaine, une gloire, une béatitude sans fin: « Père glorifiez-moi en m’accordant cette gloire que j’avais auprès de vous avant que le monde fut créé » (Jean 17,5)

« Je m’en vais vous préparer une place » (Jean 14,3), une place dans mon royaume. « Là, votre bonheur consistera à connaître, à aimer et à servir le seul vrai Dieu et celui qu’il a envoyé » (Jean 17,3). « Nous le verrons tel qu’il est » (Jean 3,2).

Ô Sacré Cœur de Jésus, aidez-moi à être généreux pour me préparer une belle place dans votre royaume.

Troisième mystère Glorieux : la Pentecôte
Fruit de ce mystère : les dons du Saint-Esprit et le zèle apostolique

La Troisième victoire du Sacré-Cœur c’est de nous rendre l’Esprit saint que nous avions chassé de nos âmes par le péché. Quelle merveilleuse bonté ! 

Le Saint-Esprit nous aide à réaliser une sainteté plus grande que celle que nous aurions eue avant le péché. Il nous inspire, nous soutient pour que nous profitions des tentations et de toute souffrance pour produire des vertus plus profondes. Il nous élève jusqu’à une participation à la sainteté de Jésus et de Jésus crucifié, en nous rappelant sans cesse ses exemples et en nous appliquant à ses mérites. 

Ô Saint-Esprit, comme je veux être docile à vos inspirations pour imiter toujours Jésus et Jésus crucifié. 

Quatrième mystère Glorieux : l’Assomption
Fruit de ce mystère : l’amour de Marie et la grâce d’une bonne mort

La quatrième victoire du Sacré Cœur c’est de faire entrer la nouvelle Ève au royaumes des cieux. « Quelle est celle-ci qui monte du désert comme une colonne de fumée d’aromates, de myrrhe, d’encens, et de toutes sortes de parfums ! » (Cant. 3,6). La Vierge Immaculée embelli et embaume le ciel par le rayonnement de sa sainteté et de ses vertus. 

Marie remplace Ève au ciel, mais avec beaucoup plus de beauté et de puissance. Elle est la grande victoire du Sauveur sur le démon, et quelle victoire ! « Quelle est celle-ci qui s’avance comme l’aurore à son lever, belle comme la lune, éclatante comme le soleil, terrible comme une armée rangée en bataille ? » (Cant. 6,9).

Ô Jésus, soyez béni pour cette merveilleuse victoire!

Cinquième mystère Glorieux : Le Couronnement de la Sainte Vierge au Ciel
Fruit de ce mystère : la confiance en Marie et la persévérance finale.

La cinquième victoire du Sacré Cœur c’est de donner à la nouvelle Ève le pouvoir de transmettre la vie surnaturelle qu’Il a acquise par sa Passion. Ève engendrait des morts-nés et étendait ainsi le règne du démon. La Très Sainte Vierge, médiatrice de toutes grâces, ruine le règne du démon en engendrant les âmes pour Dieu. 

Puis la nouvelle Ève nous présente le fruit de l’arbre de vie, de l’arbre de la Croix : la Sainte Communion, et nous intime l’ordre d’en manger souvent pour conserver et développer notre vie surnaturelle. Toute son activité surnaturelle auprès de nous est pour nous préparer à recevoir la Sainte Communion dans de bonnes dispositions et à en tirer tous les fruits. 

Ô ma bonne Mère, je veux que Jésus règne de plus en plus en moi : instruisez-moi, j’ai confiance en vous. 

 

Pour bien prier son Rosaire

Pour bien prier son Rosaire, abbé Alain Delagneau, éditions Marchons droit, 30 pages, 2 euros.

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom