Pâques : vivre la Semaine sainte en musique

0
654
Pâques

Les cérémonies religieuses sont interdites sur le territoire dans le cadre du plan de confinement. Alors pour vivre la fête chrétienne la plus importante de l’année, nous vous proposons une sélection d’œuvres qui vous accompagnera jusqu’à Pâques.

Jeudi saint :

• Ubi Caritas, l’antienne chantée durant le rite du lavement des pieds lors de la messe Vespérale de la Sainte Cène.

« Là où sont la charité et l’amour, Dieu y est aussi. C’est l’amour du Christ qui nous a rassemblés. Réjouissons-nous et trouvons en lui nos délices. Craignons et aimons le Dieu vivant, Et aimons-nous d’un cœur sincère. Là où sont la charité et l’amour, Dieu y est présent. Réunis en une seule assemblée, Gardons-nous de ce qui pourrait diviser nos cœurs. Loin de nous les rixes et les dissensions. Que le Christ notre Dieu soit au milieu de nous. Là où sont la charité et l’amour, Dieu y est aussi. Faites nous voir avec les bienheureux, Votre glorieux visage, ô Christ Dieu ! Faites-nous goûter cette joie qui est immense et pure, Durant les siècles éternels.
Ainsi soit-il. »
 

Vendredi saint :

Le Miserere d’Allegri : « Ayez pitié de moi, Seigneur » : Une œuvre à l’exclusivité temporelle et spatiale, puisqu’elle était originellement chantée deux fois par an uniquement (le mercredi et vendredi saint) à la Chapelle Sixtine. Sa partition était tenue secrète, et sa publication risquait l’excommunication. La liturgie participe au mystère : Les couplets chantés A cappella marquent l’extinction de chaque cierge, jusqu’au noir total. 

La passion selon Saint Matthieu, Bach : Pour marcher aux côtés de Notre Seigneur pendant sa Passion.

Salve Regina, Dialogues des Carmélites, Poulenc

Il ne s’agit pas de la Passion de Jésus Christ, mais de celle des sœurs Carmélites de Compiègne, qui lui fait absolument écho.

« Salut, ô Reine, Mère de miséricorde, notre vie, notre consolation, notre espoir, salut ! Enfants d’Ève, de cette terre d’exil nous crions vers vous ; vers vous nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.

Ô vous, notre Avocate, tournez vers nous vos regards compatissants. Et, après cet exil, obtenez-nous de contempler Jésus, le fruit béni de vos entrailles, Ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie ! »

Crucifixus, Messa di Gloria, Puccini : Plongez-vous dans la douleur de la Crucifixion avec l’air pour baryton de la fabuleuse Messa di Gloria.

Stabat mater, Pergolèse : Une œuvre profondément plaintive, pour méditer sur la douleur de la Sainte Vierge pleurant au pied de la Croix.

« Elle se tint là, la mère endolorie Toute en larmes, auprès de la croix , Alors que son Fils y était suspendu ».

Lire aussi : Confinement : de la musique classique pour s’évader

Samedi Saint :

Psaume 42 : Sicut cervus, pour nous faire désirer la résurrection et l’amour de Notre Seigneur. Comme le cerf soupire après les sources d’eau, ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu. Mon âme à soif de Dieu, la source de vie : Quand irai-je me présenter devant Dieu ? Mes larmes sont ma nourriture, jour et nuit, Pendant qu’on me dit sans cesse : « Où est ton Dieu ? »

Dimanche : La Résurrection.

Quelle plus grande joie pour un chrétien que celle de la Résurrection ? Ne pleurons plus de douleur, mais bien de joie.

Et resurrexit, Missa Solemnis, Beethoven

Resurrexit, Messe en Si mineur, Bach

Missa di Gloria, Puccini 

Bonus :

Adoramus te, Palestrina

Cantique de Jean Racine, Fauré 

Ave Maria, Bruckner

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom