Confinement : les cérémonies du 8 mai interdites

0
557
8 mai 11 novembre
Le monument aux morts de François Verdier sera privé de cérémonie. © Wikipedia

Alors que l’Europe commémore le 8 mai prochain la fin de la Seconde guerre mondiale, en France, les cérémonies locales seront interdites. 

La rentrée des classes est prévue pour le 11 mai, mais pourtant les traditionnelles cérémonies du 8 mai ne pourront pas se tenir dans les communes. Pourtant, 2020 marque le 75e anniversaire de la fin des combats lors de la Seconde guerre mondiale. Un anniversaire important mais qui ne sera pas fêté dans les localités. 

Des cérémonies « annulées dans chaque département »

Le secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq a annoncé, vendredi 17 avril devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale, que les cérémonies du 8 mai étaient « annulées dans chaque département ». La raison : « il n’est pas question de créer des regroupements composés bien souvent majoritairement d’anciens combattants et de porte-drapeau », s’est-elle justifiée. 

Lire aussi : Le Tour de France reporté à la fin de l’été

Geneviève Darrieussecq a pour autant annoncé qu’une cérémonie « sera organisée dans un format particulier qui sera retransmis dans la France entière », sans pour autant donner d’avantage de détails. Mais la secrétaire d’État a bien précisé « qu’il n’y aura pas de cérémonies locales ». Pour la fête du 14 juillet, « rien n’est établi pour l’instant », a-t-elle ajoutée. 

Levée de boucliers chez certains députés

Cette annonce n’a pas été du goût de certains députés. Le représentant Les Républicains dans la Manche, Philippe Gosselin s’est « scandalisé » de cette décision. Il a adressé un courrier au Président de la République dans lequel il écrit : « À quelques jours de la rentrée des classes […], alors que chacun peut aller acheter des croquettes pour nourrir ses chiens ou chats […], la France ne pourrait pas honorer ses morts ?! C’est ahurissant et inconcevable ».

Lire aussi : Peut-on encore être un héros ou un saint en 2020 ?

L’élu évoque l’idée « qu’un préfet accompagné du maire du chef-lieu, d’un porte-drapeau et de quelques représentants du monde combattant, dépose une gerbe et entonne la Marseillaise a capella ». « La Nation ne pourrait même pas assurer ce service minimum, si fort symboliquement ? », interroge-t-il. Le parlementaire demande solennellement à Emmanuel Macron « de revenir sur sa décision ». 

Le député de l’Essonne, Nicolas Dupont-Aignan s’est lui aussi scandalisé de cette annonce. « Devant le monument aux morts, le maire peut tout à fait célébrer prudemment avec un représentant des anciens combattants, en direct sur les réseaux sociaux », a-t-il affirmé sur Facebook. 

Quelle indignité pour nos morts, tombés pour la France, d’annuler les cérémonies locales du #8mai.Devant le monument…

Publiée par Nicolas Dupont-Aignan sur Samedi 18 avril 2020

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom