L’incroyable chocolaterie de Bonneval

0
212
Bonneval
Une vingtaine de trappistines de l’abbaye de Bonneval produit du chocolat artisanal, et ce depuis 1878 – Crédit Photo : Magazine Twelve

Partez à la découverte de l’une des plus anciennes chocolateries en activité de France. Elle se trouve dans l’Aveyron, à l’abbaye de Bonneval. 

Le saviez-vous ? L’abbaye Notre-Dame de Bonneval possède une des plus anciennes chocolateries en activité de France ! Située dans l’Aveyron, non loin d’Espalion, l’abbaye existe depuis 1147. Elle était alors habité par des cisterciens. Cependant, à la Révolution ils se voient contraint de quitter les lieux. En 1875, des trappistines prennent le relais et créent une chocolaterie pour subvenir à leurs besoins. C’est dans cette dernière que Divine Box vous emmène pour une visite qui va vous donner l’eau à la bouche !

Une chocolaterie depuis 1878

Trois ans après l’arrivée des trappistines à Bonneval en 1875, l’abbaye est encore en travaux et les sœurs se demandent comment assurer leur subsistance. En effet, les pentes abruptes de l’abbaye de Bonneval empêchent une bonne culture des terres, ce que font les trappistes en général pour réaliser leurs produits monastiques

En 1878,  Dom Emmanuel, moine trappiste venu d’Aiguebelle en Provence pour prêter main-forte aux soeurs de Bonneval, trouve la solution ! Il fait installer une petite chocolaterie monastique chez les soeurs, pour leur assurer une bonne autonomie financière.

Au creux d’un vallon, fidèle à la tradition cistercienne, la position de l’abbaye de Bonneval n’est pas idéale pour pratiquer de l’agriculture ! – Crédit Photo : Abbaye de Bonneval

Et pour alimenter la chocolaterie en électricité ? Pas de problème, Dom Emmanuel fait installer un moteur hydraulique qui puise sa force dans le courant de la rivière en contrebas de l’abbaye. Ce dernier apporte donc l’électricité aux sœurs… A priori rien de folichon, mais en fait c’est révolutionnaire et ultra-moderne !

Lire aussi : Notre-Dame de Bonneval, l’histoire de son abbaye… et sa chocolaterie !

À l’époque, en effet,, la place de la Concorde à Paris ne bénéficie même pas d’un éclairage moderne ! Grâce aux sœurs, la petite ville voisine d’Espalion deviendra ainsi en 1888 la troisième ville électrifiée de France !

Au fil des années, la chocolaterie fait un carton ! Leurs chocolats remportent des prix à de nombreux concours comme celui de Rodez en 1884 ou celui de Bordeaux en 1895.

En 1927, les sœurs se perfectionnent avec les conseils d’un maître chocolatier, qui leur confie de nombreux secrets. Mais comme tout bon secret, il restera dans les murs de l’abbaye, habités de silence et de prière…

Bonneval
C’est grâce aux sœurs de l’abbaye de Bonneval que la bourgade d’Espalion fut la troisième ville de France à obtenir l’électricité – Crédit Photo : Booking

Fonctionnement de la chocolaterie

Aujourd’hui la chocolaterie fonctionne toujours et les sœurs de Bonneval (une vingtaine) continuent d’y travailler.

Lire aussi : L’abbaye Sainte-Marie du Rivet et ses biscuits exquis

Les différentes chocolats des sœurs sont issus d’un processus méticuleux. Une fois le cacao pur reçu à l’abbaye (en provenance de la Côte d’Ivoire, de Sao Tomé ou du Pérou pour le chocolat noir origine Pérou),  voici ce qu’il en advient :

  • Les sœurs envoient d’abord ces pastilles dans la grand broyeuse de l’abbaye, comportant 5 énormes cylindres, avec du sucre, pour obtenir une pâte encore un peu granuleuse.En la malaxant, l’idée est d’obtenir la pâte la plus fine possible. À Bonneval, on obtient une finesse comprise entre 16 et 20 µ (microns, l’unité de mesure), c’est extra-fin, habituellement les chocolatiers obtiennent entre 20 et 25 µ !
  • Ensuite, les sœurs rajoutent, selon le chocolat, du beurre de cacao; en plus de celui présent naturellement dans les pastilles
  • Puis la pâte est malaxée à nouveau pendant plusieurs heures à 32°C dans une « conche » pour éliminer une partie de l’amertume et surtout pour acquérir ses arômes et son onctuosité ! C’est la fameuse étape de « conchage » !
  • Ensuite, un tuyau préchauffé (pour maintenir les 32°C du chocolat) conduit le chocolat vers les moules (pour les tablettes). Et pour égaliser le tout, les sœurs a ont même une « tapoteuse » ! (table vibrante qui permet d’égaliser le chocolat encore liquide dans le moule)
  • Et enfin : les tablettes sont emballées et prêtes à être dévorées !

Selon le chocolat que les trappistines veulent obtenir, ces étapes vont être un peu modifiées. Par exemple, du lait, des noisettes torréfiées, du café, des oranges confites et même du thé peuvent être mélangés à la pâte !

Du lait et du café sont rajoutés à la préparation pour obtenir ce chocolat au lait et café de Bonneval.

Et pour déguster les chocolats de l’abbaye de Bonneval ?

Allez donc sur place évidemment : Abbaye de Bonneval, Route de l’Abbaye de Bonneval, 12500 Le Cayrol ou alors cliquez ici pour acheter les chocolats de l’abbaye de Bonneval sur la boutique monastique en ligne de Divine Box.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom