Quand les archives de la Libération montrent le grand remplacement… des enseignes

0
314
Libération
La place du Capitole à la libération de Toulouse, le 19 août 1944. © Archives municipales

À la libération de Toulouse, le 19 août 19454, les Toulousains se réunissaient par milliers sur la place du Capitole pour fêter la fin de la Seconde guerre mondiale. Des images immortalisées par des photographes de l’époques et conservées dans les archives municipales depuis 75 ans.

Lire aussi : René de Naurois : prêtre et résistant

Si cette journée signifiant la paix et la fin de l’Occupation faisait entrer la France dans la triste époque de l’épuration entre les Français, les clichés de l’époque montrent un tout autre visage de la place du Capitole. Des cafés, une librairie, un glacier se tenaient à l’endroit aujourd’hui remplacé par Nespresso, Desigual, Sephora ou… Mc Donald. 

Publiée par Mairie de Toulouse sur Vendredi 8 mai 2015

Si les façades entourant la place du Capitole ont depuis été rénovées, ce sont surtout les commerces d’antan qui ont laissé place aux multinationales. Le Café Tortoni a été remplacé par le Mc Donald en 1982, ouvert par… le fils des tenanciers du bistrot. 

Lire aussi : Le 2 mai 1944, les alliés bombardaient Toulouse

En 2007, c’est le magasin Sephora, du groupe LVMH, qui a ouvert ses portes sur la même façade d’immeuble. Jusqu’alors c’était le bistrot Mon Caf qui servaient plats, verres et desserts quotidiennement. Jean-Luc Moudenc, déjà maire de la ville rose, s’indignait de cette évolution. « Mais la liberté du commerce est constitutionnelle », se résignait-il.

En 1945, c’était la librairie Castela qui se présentait à l’angle de la rue du Taur. Présente jusqu’en 2013, cette librairie incontournable a été petit à petit éclipsée en premier temps par la marque de prêt-à-porter Desigual et le magasin Nespresso, la célèbre marque de café. Ces deux magasins ne s’éterniseront pas, puis Desigual a déjà fermé ses portes, tandis que Nespresso s’apprête à déménager dans le courant de l’année 2020. Ces deux locaux sont donc désormais vides, la municipalité espérant voir des enseignes « haut de gamme et attractives » y demeurer. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom