Coupe d’Afrique à Toulouse : un blessé grave après… un but

0
175
coupe d'afrique
Image d'illustration. ® Pixabay

Organisée illégalement durant le week-end du 14 et 15 juin, la Coupe d’Afrique des Nations amateur, disputée à Toulouse a réuni des centaines de personnes. Et un but heureux, s’est transformé en événement malheureux, causant un blessé grave. 

Vendredi 13 juin, le coup d’envoi de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) à la sauce toulousaine a été donné. Une compétition clandestine et interdite, en raison des mesures de déconfinement, qui réunissait douze équipes de huit joueurs devant plusieurs centaines de supporters, sur le terrain des Argoulets, à Toulouse. 

Mais dimanche 14 juin, alors qu’un des joueurs avait inscrit un but, la communion avec ses supporters a pris un tournant dramatique. Le joueur, âgé de 25 ans, a été gravement blessé après s’être fait piétiner par la foule. Rapporté par la radio 100%, les supporters, massés au bord du terrain se sont précipités sur lui pour célébrer son but. 

Lire aussi : Rassemblement pour Traoré : quelques centaines de personnes défilent, des incidents lors de la dispersion

Les pompiers sont intervenus pour le transporter « en urgence absolue » vers le CHU de Purpan et souffrirait, selon Actu Toulouse, d’une blessure à la moelle épinière. Une enquête a été ouverte pour « blessures involontaires » et confiée à la Brigade criminelle et de répression des atteintes aux personnes. 

Un tournoi interdit

Ce tournoi prend modèle de la CAN officielle, disputée tous les deux ans sur le continent africain, et qui réunit des joueurs selon leur communauté. Malgré les inquiétudes et les tensions qui règnent sur et autour de la pelouse, cela fait plusieurs éditions que la Coupe d’Afrique des Nations a lieu dans la région. Les matchs sont régulièrement interrompus ou arrêtés pour cause de violences. Cette année, la question se posait doublement, puisqu’en raison de l’épidémie du coronavirus et de la phase de déconfinement, interdisant les sports collectifs et de contact, ce regroupement de plusieurs milliers de personnes aurait pu causer un nouveau « cluster » à Toulouse. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom