Municipales : que nous enseigne le dernier sondage ?

0
418
sondage
Le résultat final de l'élection municipales 2020 à Toulouse, selon un sondage de l'institut BVA pour La Tribune et Europe 1.

Le dernier sondage de la campagne municipale à Toulouse a été dévoilé le 15 juin dernier. Si l’écart entre les candidats semble serré et dépendra de la participation, plusieurs enseignements peuvent déjà être tirés. 

Un sondage de l’institut BVA pour La Tribune et Europe 1, publié lundi 15 juin, donne Antoine Maurice gagnant à 51% devant Jean-Luc Moudenc (49%), le 28 juin prochain. Mais à regarder dans le détail, ce sondage donne des enseignements différents sur l’avenir de la ville et les attentes des électeurs. Participation, marge d’erreur, crédibilité… on décrypte pour vous.

Une participation faible ? 

En premier lieu, le taux de participation ne devrait pas excédé 50%. Selon l’étude réalisé par l’institut BVA, seuls 48% des Toulousains comptent se rendre aux urnes le 28 juin prochain pour élire le prochain pensionnaire du Capitole. En 2014, le taux de participation était nettement supérieur, avec 57,66%. Mais la mobilisation devrait être plus forte qu’au premier tour qui s’est tenu le 15 mars dernier, en pleine épidémie où le taux était de 36,66%. 

Antoine Maurice élu ? 

Avec 51% des voix, selon le sondage, la tête de liste d’Archipel Citoyen deviendrait le premier maire écologiste à prendre les reines de la ville. Mais, il faut y apporter un bémol à cette prédiction. L’étude ne porte que sur un échantillon de 804 Toulousains, et l’écart entre les deux candidats se trouve dans la marge d’erreur. Tout reste donc possible pour Jean-Luc Moudenc, pour conserver son siège six années supplémentaires, en dépit des sondage, comme en 2014.

Lire aussi : À Toulouse, « il ne s’agit pas d’un duel droite/gauche classique »

Antoine Maurice, le candidat des jeunes

Parmi les électeurs, 69% des moins de 35 ans comptent glisser le bulletin Archipel Citoyen dans l’urne, tout comme 64% des électeurs âgés de 35 à 49 ans. En revanche, Jean-Luc Moudenc peut compter sur le soutien de 55% des habitants âgés de 50 à 64 ans et de 78% des plus de 65 ans. 

Jean-Luc Moudenc réunit sa famille politique

Du côté de la liste Aimer Toulouse, 100% des électeurs se déclarant proches du parti Les Républicains seront fidèles à leur maire. Ils seront 91% parmi les sympathisants de la République en Marche. Par contre, du côté d’Antoine Maurice, les résultats sont légèrement plus modestes. Ils seront 97% des sympathisants Insoumis à se tourner vers lui et 90% du côté d’Europe Écologie Les Verts. 10% de ce dernier électorat pourrait voter pour… Jean-Luc Moudenc. Du côté des socialistes qui joueront le rôle d’arbitre, 83% d’entre eux devraient voter pour Antoine Maurice, mais 17% choisiraient le maire sortant. 

Lire aussi : Antoine Maurice : « On ne peut pas perdre six ans de plus »

Quel impact aura eu le Covid-19 ?

Si Toulouse et ses alentours ont été particulièrement épargnés par l’épidémie de coronavirus, ses conséquences devraient tout de même impacter la quatrième ville de France. D’après le sondage de BVA pour La Tribune et Europe 1, 67% des Toulousains estiment que « le Covid-19 aura des conséquences qui vont bouleverser durablement votre quotidien dans la métropole ». Les préoccupations majeures pour les Toulousains tourneront désormais autour de l’économie, et non plus des traditionnels embouteillages et les transports publics.

Preuve en est, 72% des sondés placent en tête de leurs préoccupations, la crainte d’une « crise économique pour les entreprises de la métropole ». Pour 55%, leurs inquiétudes concernent une crise sociale et plus d’un tiers (33%) évoquent le risque sanitaire.

Quel candidat paraît le plus crédible ?

A priori, c’est Jean-Luc Moudenc, fort de son expérience à la tête de la ville et de la Métropole qui paraît le plus crédible. Mais Antoine Maurice se défend bien dans sa catégorie, notamment avec sur les questions climatiques et écologiques. C’est d’ailleurs sur ce sujet, que le candidat d’Archipel Citoyen est le mieux qualifié selon 40% des sondés, contre 34% pour Jean-Luc Moudenc. 

Pour le reste, Jean-Luc Moudenc est le mieux à même de répondre à une crise sanitaire, pour 44% des Toulousains, contre 27% pour Antoine Maurice. Face à une crise économique et au chômage, ce sont même 45% des sondés qui se tournent vers le maire sortant, contre 28% vers son concurrent. Largement en tête, Jean-Luc Moudenc récolte 49% d’opinion favorable pour gérer les questions de sécurité, contre seulement 24% pour Antoine Maurice. L’écart est plus serré sur les questions de la fracture sociale. Là encore, le maire sortant reste en tête avec 39%, mais la tête de liste d’Archipel Citoyen le talonne à 34%. 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom