Montauban : que s’est-il dit entre Brigitte Barèges et Robert Ménard ?

0
400
Robert Ménard et Brigitte Barèges lors d'une réunion publique à Montauban, le 1er octobre 2020. Twitter/Robert Ménard

Annoncée depuis plusieurs jours, la rencontre entre la maire LR de Montauban Brigitte Barèges et son homologue de Béziers, Robert Ménard a tenu ses promesses. 

Entre dialogues et union, Brigitte Barèges et Robert Ménard se sont entretenus publiquement à Montauban, jeudi 1er octobre. Une rencontre attendue et qui a fait parlé d’elle, notamment dans la presse régionale, réduite à relayer des tracts politiques. Le but de cet échange ? Faire sauter les digues et instaurer un dialogue entre la droite parlementaire et la droite « hors les murs », comme l’appelait de ses vœux Robert Ménard en 2015. En vue d’une prochaine union aux régionales ? Les intéressés n’ont pas souhaité abordé le sujet, tant il fait jaser en haut lieu des Républicains. 

Des contre-manifestants peu nombreux

200 personnes s’étaient donnés rendez-vous à l’espace Valorem du stade de Sapiac, jeudi matin. Les deux personnalités ont échangé pendant une heure autour du thème « Les maires en première ligne, deux villes qui se ressemblent ». Dès les premiers instants, entre tutoiement et sourire, Robert Ménard attaque ceux qui s’étaient opposés à sa venu. « Un certain nombre d’imbéciles trouveraient, qu’on n’est pas à notre place, ici, en train de débattre. C’est bien la preuve qu’ils n’ont qu’un pois chiche qui trotte dans leur tête », déclare-t-il. A quelques kilomètres de là, devant l’hôtel de ville, une cinquantaine de manifestants se sont réunis pour dénoncer cette réunion « entre la droite extrême et l’extrême droite », à l’appel du Codex 82, un collectif antifasciste, qui réunit des syndicats, des partis politiques et des réunions. 

Lire aussi : Emmanuelle Ménard : « On ne peut pas continuer à rogner les libertés des Français »

Dans la salle, quelques élus se font remarquer : Romain Lopez, maire de Moissac et affilié Rassemblement national et Thierry Deville, conseiller régional LR. Sur scène, les deux invités échangent, débattent et partagent leurs points de vue. 

Les partis, « un obstacle » à la victoire

En premier lieu, les deux édiles ont évoqué leur rapprochement entamé « durant la période de confinement », après plusieurs matchs de rugby passé à côte à côté « en se regardant en chien de faïence ». Robert Ménard a déploré « les fausses divergences et concurrences » entretenues par les partis, ajoutant que « tous les partis de droite sont aujourd’hui un obstacle à cette union du peuple de droite ». Ce qui, pour le maire de Béziers explique et expliquera les défaites d’élections en élections. Marine Le Pen ? Pour Robert Ménard, elle n’incarnera pas le rassemblement et préfère tabler sur un provincial, homme de terrain. 

Lire aussi : François Bousquet : ils voulaient l’empêcher de parler, peine perdue

Du côté de Brigitte Barèges, on assume l’invitation polémique lancée à Robert Ménard. « Les LR m’avaient demandé des comptes sur la venue de Ménard et Christian Jacob a bien compris la démarche », assure-t-elle. « C’est sidérant que le simple fait de se parler entre personnes d’horizons différents soit un événement. Cela devrait être la règle », a ajouté Robert Ménard. « On est l’exemple que ce dialogue est possible. On fera un bout de chemin ensemble… », a conclut le maire de Béziers. Quel genre de chemin ? L’histoire électorale le dira. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom