Démonstration spectaculaire d’un millier de professionnels « non essentiels »

0
409
Images : PICSPROD

Un millier de commerçants, artisans, professionnels qui voient leur activité stoppée par le confinement ont manifesté, place du Capitole, vendredi 6 novembre. 

Ils sont définis comme « non essentiels » par le gouvernement qui s’oppose à leur ouverture en période de confinement. Un millier de commerçants, artisans et professions impactés par le deuxième confinement en vigueur depuis le 30 novembre, ont manifesté sur la place du Capitole, vendredi, au cours d’une performance artistique et revendicative contre la fermeture de leurs établissements. 

Issus du monde de l’événementiel, de la culture, de l’hôtellerie, de la restauration, des loisirs, du sport, des commerces de proximité, des PME ou de l’artisanat, ils ont voulu dire non aux mesures imposés par le gouvernement dans cette deuxième phase de confinement. Une manifestation « sur réservation », organisée par la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME) de Haute-Garonne. 

Faire passer le message sous la forme artistique

Séparés d’un mètre de distance pour respecter les gestes barrières et vêtus de noir en signe de « deuil du petit commerce », c’est sous la forme artistique que ces manifestants ont voulu faire passer leur message. Des chorégraphies impressionnantes, au son des enceintes et des percussions, qui ont permis à ce rassemblement, autorisé par la préfecture, de marquer les esprits et d’alerter sur leur mal-être actuel. 

Pour les participants, inquiets sur la durée de cette période de crise, le principe est simple : soit ils peuvent retourner au travail, soit ils exigent une indemnisation à 100%, et pas uniquement si les pertes financières sont supérieures à 50% de leur chiffre d’affaires, comme le prévoit actuellement l’exécutif. 

Des soutiens de toute part

Leur mobilisation a reçu de nombreux soutiens, de passants comme d’élus de la majorité municipale qui se sont exprimés sur les réseaux sociaux. Le week-end dernier, pendant que de nombreux maires prenaient des arrêtés municipaux pour la réouverture des commerces « non essentiels », Jean-Luc Moudenc avait annoncé son intention de co-écrire un courrier à l’attention de Jean Castex, avec la maire de Nantes Johanna Rolland, pour demander la levée de l’interdiction d’ouvrir ce genre d’établissements. 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom