Le Conseil d’Etat rejette les recours contre l’interdiction du culte

0
250
Saint Thomas d'Aquin
Le tombeau de saint Thomas d'Aquin dans l'église du couvent des Jacobins à Toulouse.

L’exercice du culte ne pourra pas reprendre avant la fin de l’état d’urgence sanitaire. Le Conseil d’Etat a rendu sa décision, samedi 7 novembre, après les 17 recours examinés jeudi. Les églises pourront rester ouvertes mais les rassemblements seront toujours interdits, hors enterrements et mariages. 

Les restrictions toujours en vigueur

Dans le détail, les établissements de type V, intitulés « établissements de culte », sont autorisés à demeurer ouverts. Ils restent « librement accessibles par les ministres du culte et toutes les personnes qui peuvent être considérés comme relevant de leur personnel ». En somme, peuvent assister aux offices les personnes assurant la retransmission des cérémonies, « dans le respect des mesures dites barrières et du port du masque », précise l’arrêté, même si le masque peut être « momentanément retiré pour l’accomplissement des rites ». Les ministres du culte pourront tout de même recevoir « individuellement » les fidèles, de se rendre à leur domicile ou dans les établissement où ils sont aumoniers. 

Lire aussi : « La messe est le cœur de notre religion, nous refusons d’en être privés une seconde fois »

Concernant les enterrements et les mariages, la limite du nombre de participant est toujours fixé respectivement à trente et six personnes. Concernant les fidèles, ils peuvent se déplacer « dans le lieu de culte le plus proche de leur domicile ou situé dans un périmètre raisonnable autour de celui-ci ». L’arrêté précise que sur l’attestation de déplacement dérogatoire, il suffit de cocher la case « motif familial impérieux »

Interdiction jusqu’au 16 novembre, a minima

Si dans sa note d’alerte du 22 septembre 2020, le conseil scientifique Covid-19 s’appuie sur une étude américaine selon laquelle les églises n’ont pas été retrouvées parmi les lieux à risque d’infection, le Conseil d’Etat s’appuie malgré tout sur le rendu de ce même conseil scientifique soulignant le risque de transmission du virus à l’occasion d’un rassemblement « dans un espace clos, mal ventilé, avec une forte densité de participants une absence de port de masque et un niveau élevé d’émission de gouttelettes lié notamment à la parole et au chant »

Lire aussi : Ils redonnent vie à la Basilique de la Daurade

Le rendu rappelle que les dernières restrictions entrées en vigueur le 3 novembre dernier prendront fin, « au plus tard », au terme de l’état d’urgence sanitaire, fixé à ce jour au 16 novembre 2020. Une date à laquelle la situation des commerçants sera également reconsidérée par le gouvernement.  

Les réactions

Si l’élection de Joe Biden à la présidence des Etats-Unis occupe toute la couverture médiatique, des personnalités ont fait part de leur mécontentement quant à cette décision et ont même, pour certains, appeler à enfreindre l’interdiction. 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom