Alexandre Mendel à Toulouse : « Ils ont pour objectif de nous tuer ! »

0
1108

Le Cercle des Capitouls organisait hier soir une conférence présentant « La France djihadiste », ouvrage d’Alexandre Mendel, édité par Ring.

Devant plus de 80 personnes, la conférence commence par ces mots « si j’avais 15 ans de moins, je mettrai les voiles. » Le ton est donné, grave. Selon lui « les chiffres sont terribles à Toulouse ». La présence de salafistes sur la ville a été multipliée par trois. La mosquée de Bellefontaine, foyer du radicalisme, a pignon sur rue. Pour l’auteur, « l’immigré victimisé par la génération Mitterrand est dans un processus de vengeance. Ils ont un vrai objectif maintenant ; celui de nous tuer. »

Comme beaucoup de politiques de droite et polémistes, Alexandre Mendel l’affirme : « Je suis extrêmement pessimiste ». Depuis le 14 juillet dernier, une vingtaine de mosquées seulement ont fermées leurs portes, aucun imam n’a cependant été condamné. « Quand ils peuvent enfin manifester, ils ne le font pas », comme lors des attentats de ces deux dernières années.

« Il y a des zones de Charia, ces territoires sont laissés à l’abandon… il n’y aura pas de guerre civile, car personne ne se battra pour des villes comme Bobigny ». Le bobo Parisien se fiche de savoir si ça existe car il n’y va jamais. Mais Alexandre Mendel se saisit au bon moment du sujet djihadiste. L’auteur fait davantage grimper la tension plutôt que d’appeler à renouveler le positionnement idéologique majoritaire.

IL Y’A UN PARTI EN FRANCE POUR QUI CETTE SITUATION EST PLUTÔT SATISFAISANTE. « LE PARTI SOCIALISTE ORGANISAIT UN RAMASSAGE SCOLAIRE DE PLUS DE 600 TOULOUSAINS POUR ALLER VOTER AUX DERNIÈRES ÉLECTIONS RÉGIONALES. Carole delga a donc été élue grace aux musulmans »

Après ce constat plutôt amère, le public s’interroge sur des solutions. « Un peu moins d’État de droit si on veut gagner la guerre. » Une idée qui semble de plus en plus partagée par l’assemblée venu le voir. Lorsqu’on l’interroge sur la potentialité d’une guerre civile, , il répond : « La guerre, il faut la faire à l’Islam d’aujourd’hui, à ses pratiques et ses mœurs. C’est une chose qui sera plus subtile qu’une guérilla ou un soulèvement militaire ».
14708393_798783903595167_8098289446932790772_nEn conclusion de quoi, nous avons augmenté nos doses de tranxène !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom