La presse quotidienne augmente encore ses prix

1
677
presse quotidienne
Moins de ventes, hausse des prix du papier, crise de Presstalis, coûts des plans de restructuration à la chaîne, investissement dans le numérique… Une hausse des prix au numéro conduit inéluctablement à une désaffection des lecteurs et à une baisse des ventes. Un cercle vicieux que connaît la presse quotidienne. 

La vieille Huma est de moins en moins accessible aux ouvriers et employés – alors que de nombreux Français manifestent avec les Gilets jaunes pour leur pouvoir d’achat et contre les hausses des taxes. En effet L’Humanité coûte 2,20 euros en semaine et 3,50 euros le dimanche, avec une hausse de 20 centimes au début de l’année, pour parer à un surcoût de dépenses de 950 000 euros en raison de la hausse des coûts de production et de distribution.

Lire aussi : Liberté d’expression, la France mauvaise élève d’après Libertex

Le Monde est de plus en plus cher : vingt centimes de plus à 2,80 euros et 4,50 euros le samedi, Les Échos passent eux aussi à 2,80 et l’édition week-end à 5 euros. L’Équipe augmente de dix centimes en semaine (1,70 euros) et de vingt centimes le samedi, Aujourd’hui en France prend dix centimes – et reste à 1,20 euros le quotidien le moins cher du pays, le Parisien 20 centimes (1,50 euros), Le Figaro vingt centimes (2,80 euros) et se retrouve au même prix que Le Monde.

Lire aussi : Des journalistes appellent au boycott des Gilets jaunes

RTL rappelle que Le Figaro coûtait 1,30 euros en 2010 et Le Monde 1,40 euros. Ces deux derniers ont donc doublé leur prix en 9 ans. Si on applique la même progression ils coûteront 5,60 euros en 2028, soit un budget mensuel (hors suppléments) supérieur à 130 euros. À ce prix, l’abonnement numérique risque de remplacer le papier.

L’Observatoire du journalisme. 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom