Jean-Luc Moudenc en avocat d’Emmanuel Macron

4
721
Jean-Luc Moudenc
Emmanuel Macron et Jean-Luc Moudenc posent ensemble. Crédit photo : Twitter @JLMoudenc
Le président de la République Emmanuel Macron a écrit une lettre à destination de tous les pays de l’Union européenne. Une missive qui appel à la « renaissance européenne ». Sur son blog, Jean-Luc Moudenc suit l’initiative en publiant un billet appelé « Réenchantons l’Europe ». 

Jean-Luc Moudenc continue sa politique d’ambiguïté avec Emmanuel Macron. Si le maire de Toulouse refuse de donner son soutien à la liste La République en Marche, il a publié sur son blog un billet d’humeur commentant la dernière lettre écrite par le président français, diffusée aux 27 pays de l’Union européenne cette semaine.

Lire aussi : Jean-Luc Moudenc, signataire de l’appel au rapprochement avec En Marche!

Lire l’intégralité du billet d’humeur de Jean-Luc Moudenc

« Alors que les difficultés de mise en œuvre du Brexit s’avèrent chaque jour plus importantes, il est urgent de relancer la dynamique européenne. Car demain, il sera trop tard si les citoyens ne se mobilisent pas pour défendre le projet de la construction européenne. Certes, cette Europe est très imparfaite, mais elle nous apporte tant et pourra nous apporter encore plus si nous prenons les bonnes orientations pour la faire évoluer.

Ainsi, la prise de parole, en début de semaine, du président de la République permet de réaffirmer les fondamentaux de l’Europe.

Si on peut s’étonner de l’absence d’éléments de réflexion sur le fonctionnement aujourd’hui complexe des institutions européennes, ce texte recèle de bien de points positifs.

Tout d’abord, et contrairement aux caricatures, Emmanuel Macron n’est pas un euro-béat : il reconnait les défauts de l’Union européenne actuelle. On est loin du procès en naïveté que certains pourraient lui faire.

Par ailleurs, il réaffirme la pertinence de la construction politique d’une Europe unie comme facteur de paix entre les peuples après des siècles de conflits : c’est à ce point essentiel qu’on l’oublie trop souvent !

Rappelons le discours fort de François Mitterrand devant le Parlement européen en janvier 1995 : « Il faut vaincre notre histoire et, pourtant, si on ne la vainc pas, il faut savoir qu’une règle s’imposera, Mesdames et Messieurs. Le nationalisme c’est la guerre ! La guerre, ce n’est pas seulement le passé, cela peut être notre avenir ».

Le président Macron voit également l’Union européenne comme un outil politique pour peser, avec nos valeurs, dans un monde mouvant, source d’inquiétudes et parfois hostile.

Il affirme sa volonté d’une Europe qui protège du point de vue de la sécurité, des frontières, des droits sociaux, des violences de la concurrence économique mondiale. Et, corollaire de cette vision, il ne veut plus d’une Europe qui se fragiliserait en restant ouverte à tous les vents mauvais du monde actuel.

Trop longtemps en effet, l’Europe s’est imposée, dans les relations entre pays membres, ou avec des tiers, des règles davantage contraignantes pour elle que celles qu’elle appliquait aux partenaires extérieurs.

Cette protection passe aussi par une action bien plus volontariste sur le changement climatique : ma conviction est que chacun doit se mobiliser vite sur ce sujet – le plus essentiel. Mais les deux échelons qui me semblent les plus pertinents et les plus efficaces sont les territoires, en particulier les métropoles, et l’international, car le climat ne connait pas de frontière.

Enfin, le président promeut avec vigueur les valeurs démocratiques fondamentales et dénonce les illusions des discours de repli nationaliste. C’est un rappel aussi majeur qu’utile dans le contexte présent.

Ainsi, à travers ces cinq lignes fortes que je relève, je me reconnais tout à fait dans cette approche qui est à la fois volontariste et réaliste face aux défis actuels.

Un de mes tout premiers engagements politiques remonte au combat pour l’Europe avec Simone Veil. Aujourd’hui, en 2019, cette tribune du président Macron est en phase avec l’idéal européen auquel j’ai toujours adhéré, et qui est celui de ma famille politique. J’y demeure fidèle car sa pertinence est intacte.

JLM »

La rédaction d’Infos-Toulouse.

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom