Ce qu’enseigne l’imam de la grande mosquée du Mirail à Toulouse

1
7323
Mamadou Daffé
L'imam de la mosquée du Mirail, Mamadou Daffé. Crédit photo : Compte Youtube de la mosquée du Mirail-Toulouse
L’imam de la mosquée du Mirail, Mamadou Daffé, a publié le 22 février une tribune dénonçant le racisme sous toutes ses formes. Imam modéré ou stratégie de communication ? Joachim Véliocas a consacré un chapitre à l’homme dans son enquête Mosquées radicales

À la tête de la future plus grande mosquée de Toulouse, celle du Mirail, Mamadou Daffé est présenté comme un imam « sans ambiguïté », qui « prône la tolérance face à la montée de l’antisémitisme », selon Actu.fr. L’enquête menée par Joachim Véliocas, analyste au Centre des études du Moyen-Orient, dans son livre Mosquées radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DDM) dévoile une autre facette de sa personnalité. Et si l’imam Daffé était le futur imam Tatai ?

Infos-Toulouse : Vous avez étudié le personnage de Mamadou Daffé, comment peut-on le présenter ?
Joachim Véliocas : L’imam de Toulouse Mamadou Daffé est un Malien arrivé dans les années 70 grâce à une bourse octroyée par la France, afin qu’il suive des études scientifiques de biochimie. Ces bourses sont mises en place à des fins de co-développement, l’étudiant devant rentrer au pays afin de le faire bénéficier de ses compétences acquises aux frais des contribuables hexagonaux. Mais Mamadou Daffé, qui valida ses diplômes avec quelques années de retard, ne comptait pas du tout revenir au Mali. Il obtint gain de cause en justice, qui obligea l’État à lui fournir un titre de séjour. Chercheur au CNRS, Il a aussi été chargé de cours un temps à l’Institut des Sciences des Religions de Toulouse, dépendant de l’Institut Catholique.

Est-il de ces musulmans modérés qui aident sa communauté à s’intégrer ?
Mamadou Daffé veut éviter une solubilité des musulmans dans le bain culturel chrétien en France. Lui est malien, ses fidèles sont d’origine étrangère, hors de question d’« imiter » le peuple français en vertu d’une parole tirée du hadith « quiconque imite un peuple en fait partie » (rapporté par Abou Daoud, confirmé par Ibn Tayymiya).
Ainsi dans une conférence décembre 2011 il met en garde contre les fêtes de Noël ou les pèlerinages à Lourdes :

Extrait de Mosquées Radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM), page 210.

Les chrétiens sont considérés comme des « loups » insultant Dieu : « Tu ne connais pas ta Religion, et tu crois que tout est pareil, et tu vas à Lourdes pour avoir un enfant alors que tu habites à Bellefontaine et que tu t’appelles Mohamed ou Kadhidja et tu fais le voyage pour demander la venue de je ne sais quel Mouchirik [acte infidèle] ?
Que reste-t-il de ta Religion, que fais-tu ici ? Tu ne peux pas rester avec des loups, des gens qui insultent Dieu, tant que tu ne sauras pas que Dieu n’a besoin de rien et que le pire des péchés est d’associer quoique ce soit à Dieu. »

Lire aussi : La plus grande mosquée de Toulouse inaugurée

Dans une autre conférence donnée le jour de Noël 2012, il réitère cette condamnation de l’imitation du peuple chrétien : « Celui qui imite un peuple en fait partie. Il ne fait pas partie de nous celui qui imite autre que nous. Ceux qui ont acheté des sapins en plastique ou en solde, ceux qui ont allumé des bougies, ceux qui ont été à Lourdes ou qui sont entrain de suivre à la télé la messe de minuit, doivent se poser des questions si ils meurent dans cet état. » Les chrétiens sont d’ailleurs des criminels pour prêter à Jésus une qualité divine : « Ils [les Chrétiens] l’ont pris [Jésus] comme intermédiaire vis à vis de Dieu, pensant dans leur ignorance, dans leur crime, qu’on peut se rapprocher de Dieu par un autre moyen que celui qu’il a décrété. Parmi nous il y a certainement des gens qui passent par le Prophète, qui passent par je ne sais quel Saint pour se rapprocher de Dieu, mais ils ne se rapprocheront que de l’Enfer, à moins que Allah nous fasse Miséricorde et nous guide vers le droit chemin. » On se demande pourquoi Mamadou Daffé vient vivre aux côtés d’un tel peuple chrétien depuis les années 70 !

Il sera à la tête de la plus grande mosquée de la région, que dire sur celle-ci ?
Le projet est gigantesque, quatre millions d’euros de budget, 2500m² de terrain, avec une capacité de 4000 personnes. Un lieu avec une bibliothèque, des salles de réunions et probablement des salles de cours comme toutes les grandes mosquées. Des cours d’islam et d’arabe sont annoncés. Un minaret figure sur la maquette et les travaux sont largement entamés. Le maire Les Républicains est un soutien, croyant voir dans cette grande mosquée un facteur de modération : Le maire Jean-Luc Moudenc (LR) estime que la situation vécue jusqu’à présent dans les quartiers de Toulouse était de nature à « favoriser un islam des caves, un certain discours anti-français au profit d’un discours fondamentaliste. Il vaut mieux de vrais lieux de culte, entre les mains d’imams modérés et respectueux de notre pays. On vise l’intégration et la normalité. C’est un des moyens de lutter contre les dérives fondamentalistes qui affectent l’Islam . » Il n’a rien compris à l’idéologie diffusé par Daffé.

Quelle est son attitude avec les autres religions ?
Il suffit encore d’écouter ses prêches pour répondre. Pour Daffé, Jésus est un musulman qui reviendra à la fin des temps « casser la Croix » : « Jésus n’est pas mort, il reviendra avant la fin des temps, il va descendre à Damas, entre deux anges, sur le minaret blanc il n’y a pas de doutes là-dessus. C’est lui qui va tuer l’Antéchrist, et il était Musulman, et il sera Musulman, et il va tuer le porc et il va casser la Croix . » On comprend mieux pourquoi l’Etat Islamique brisait les croix des églises qu’il investit en Irak et en Syrie.

Lire aussi : « L’imam Tataï est l’illustration d’un laissez-faire inquiétant »

Daffé fait référence à un hadith très connu, il n’invente rien. Le Jésus des musulmans est anti-chrétien, aussi étrange que cela puisse paraître aux personnes non versées dans l’étude de l’islam. Il est un prophète, mais certainement pas le Christ et le Messie. Dans le coran lui même Allah appelle à combattre les chrétiens voyant en Jésus le fils de Dieu : « Les chrétiens disent : « Le messie est le fils de Dieu. Paroles de leur bouche pareilles aux paroles des incroyants antérieurs. Dieu les combatte ! Grave est leur égarement. » (Coran, sourate 9 v.30)

Dans un autre prêche d’avril 2013 il présente une vision suprémaciste de l’islam : « Allah a voulu envoyer le prophète avec la religion de la vérité et la mettre au-dessus de toutes les religions et de toutes les philosophies, et de tous les modes de vie (…) le prophète a enseigné que notre Seigneur a ordonné l’excellence en toute chose, et même quand vous tuez, tuez de la meilleure façon, quand vous égorgez, égorgez de la meilleure façon. Et il était le meilleur ». Il prend aussi des exemples de coupage de mains ordonnés par Allah, peu flexible en commutation de peine, car « Dire non quand c’est non, quand Allah dit que c’est interdit dit que c’est interdit, quand Allah dit que c’est permis dit que c’est permis. Mettre Allah avant tout chose.» Comment concilier le droit français avec la jurisprudence islamique qu’il va enseigner dans sa nouvelle grande mosquée ? Tous ces propos sont écoutables dans une vidéo où sont rassemblés les prêches les plus extrêmes de l’imam malien.

Avez-vous été surpris par sa récente tribune ?
Non, il tente de séduire et rassurer pour obtenir sa grande mosquée.

Les frères Merah étaient de ses fidèles ? A t-il pu avoir une influence sur eux ?
Oui, Mohamed Merah a fréquenté sa mosquée, et s’il le faisait c’est qu’il ne voyait pas d’incompatibilité avec sa vision de l’islam rigoriste. Je ne saurais dire quel degré d’influence mais on ne peut l’exclure.

Un dernier mot concernant l’attaque des mosquées de Christchurch et son traitement médiatique ?
Les médias cachent que la mosquée fut fréquentée par des terroristes d’Al Qaïda, et qu’un prédicateur y prêchait le djihad. Cela n’excuse pas la tuerie terroriste mais met le doigt sur les conséquences désastreuses du laxisme des États quand ils laissent prospérer l’islamisme impunément, permettant à des extrémistes de « péter un câble » et employer des méthodes odieuses.

Il faut que les gouvernements prennent à bras le corps le problème, on le voit à Toulouse avec la polémique sur les propos antisémites de l’autre imam, Mohamed Tatai, qui a pu inaugurer la (l’autre) Grande mosquée d’Empalot avec le préfet, le maire et la présidente de région, malgré ses prêches sur le sacrifice guerrier et le meurtre des Juifs. J’avais personnellement prévenu le préfet qui s’était quand même rendu à l’inauguration. L’exemple des deux grandes mosquées toulousaines tolérées malgré la radicalité de leurs imams montre que la République s’est déjà soumise aux projets de l’islamisme, au nom des droits-de-l’homme, paradoxalement mis au service d’une idéologie totalitaire.

Propos recueillis par Étienne Lafage. 

DMM

Mosquées radicales : Ce qu’on y dit, ce qu’on y lit, Joachim Véliocas, éditions DMM, novembre 2016, 320 pages, 24 euros. 

1 COMMENTAIRE

  1. Mamadou Daffé m’a islamisé il ya quelques années avec comme témoin Kabba et maintenant j’aimerai
    concrétiser auprès d’Allah ma relation avec Laoiria ELBECHIR née Musulmane.Pouvez vous s’il vous plait nous unir devant Allah? Dans l’attente de vous lire.Merci.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom