La bataille de l’image pour gagner celle de l’opinion

1
357
image
La bataille de l’image qui se déroule entre le pouvoir et les Gilets jaunes est loin d’être anodine. Après chaque acte, chaque camp use du « choc des photos » pour tenter de faire plier l’opinion. Paris Vox analyse cette stratégie. 

Le pouvoir a-t-il laissé sciemment saccager une nouvelle fois les Champs-Élysée ce samedi 16 mars ? Les scènes de violences et d’insurrection ont en effet rythmé la journée de samedi. Certains estiment que tout n’a pas été fait pour gérer cette situation. Un président absent, des forces de l’ordre bloquées pour protéger des lieux de pouvoirs et une avenue laissée aux casseurs !

Lire aussi : « Tous s’accordent pour une remise à plat de ce système corrompu »

L’oeil télévisé !

Si le spectre de l’ultra droite n’existe désormais plus que dans les fantasmes d’Anne Hidalgo, le gouvernement espère désormais remporter la bataille de l’opinion grâce aux images fortes des façades brûlées et des boutiques pillées. Pour les personnes ne consommant l’actualité que par la télévision, l’effet sera en effet redoutable. Les images du Fouquets en flamme, et d’Hugo Boss détroussé tournent en boucle, elle choquent. De quoi rassembler les conservateurs et les tenants de l’ordre autour du Président et du pouvoir.

Le regard de l’internaute est tout autre ! 

Pour ceux qui s’informent sur les réseaux sociaux ce n’est pas le même paradigme. Car les images qui circulent le plus sur le net ces dernières heures, ce sont des montages photos peu positifs pour les tenants du pouvoir. Un bon nombre ironise sur le séjour écourté au ski d’Emmanuel Macron. Le télésiège présidentiel qui surplombe Paris en proie aux flammes récolte les pouces bleus et les partages. La vidéo d’un policier « robocop » qui range des maillots du Paris SG dans un sac à dos alimentent également les conversations.

Lire aussi : Les Gilets jaunes imposent leurs thèmes dans le Grand débat

Le gouvernement a perdu de nombreuses batailles de l’image ces dernières semaines. Les étiquettes accolées au mouvement (antisémitisme, racisme, violence…) n’ont pas prise chez les français. Au contraire, les images des « gueules cassées » et d’une lourde répression ont redonné un crédit aux manifestants.

Le samedi 16 mars aura montré de nombreuses images fortes, quel impact aura cet acte 18 sur l’opinion des français ?

Paris Vox. 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom