La région Occitanie organise un « Joli mois » de propagande

0
212
région occitanie
Les élections européennes approchent et tout est mis en oeuvre pour orienter l’électeur à désirer plus d’Europe. Même avec de l’argent public. 

« Durant le ‘‘Joli mois’’ de mai, c’est la fête de l’Europe en Occitanie », annonce officiellement le Conseil régional. Instituée en 2010, cette fête de l’Europe est chaque année l’occasion d’organiser partout en France de nombreux événements pour célébrer le culte européiste. Cette année encore, pour rendre grâce aux saintes institutions européennes de leurs bontés pour la région, des « dizaines de débats, animations, expositions et spectacles vont en mai faire ‘‘vivre l’Europe’’ dans les territoires d’Occitanie ».

Dans la rubrique « Philippe Muray aurait adoré », nous pourrions incorporer bon nombre des manifestations prévues par la région. Présentées dans une novlangue que notre imagination aurait été incapable d’inventer, les festivités organisées en ce mois de mai sont une ode à la l’orthodoxie européenne. L’homo festivus – cher au génial auteur de L’empire du bien – y trouvera son bonheur. Pour ouvrir notre appétit, notons l’existence d’un concours sur Facebook « #cettefoisjevote pour une Europe », pour lequel les participants sont invités à photographier ou à dessiner des lieux ou des projets financés par l’Union européenne. La récompense est de taille : « l’œuvre » deviendra une carte postale. Dans le même esprit, la métropole toulousaine organisera le 12 mai une « balade européenne à vélo », qui se conclura sur un « apéritif européen » et un concours pour les enfants : « Dessine-moi ton Europe ». Pour les plus motivés, il sera possible de se rendre en pèlerinage à Saint-Gaudens pour une visite guidée des projets soutenus par l’UE, ou bien de marcher « sur la ‘‘Voie Verte du Chemin Blanc’’ pour célébrer l’Europe » à Labruguière (Tarn).

Lire aussi : « Au nom de quoi nous ne pourrions pas réorienter l’Union européenne ? »

Les enfants sont également invités à suivre le catéchisme européen. À Fenouillet (Haute-Garonne), des ateliers de « cuisine européenne » et « comptines/chansons européennes » seront proposés dès la crèche. Au centre de loisir maternelle de la même municipalité, il est prévu que : « Sur les temps de sieste et de repos, les enfants pourront écouter les comptines européennes ». Quant au centre de loisirs élémentaire, il consacrera trois mercredis à la confection de costumes, aux danses traditionnelles, à « la réalisation d’une fresque avec Bonjour/au revoir en plusieurs langues et des drapeaux », etc. Les jeunes perpignanais auront, eux, le privilège de pouvoir participer à un « escape-game du citoyen européen, suivi d’une présentation sur l’Union européenne ». L’enseignement secondaire ne manquera pas non plus la grande fête de l’Europe, à l’instar du collège Lamartine de Toulouse, dont les élèves d’une classe de sixième rédigeront « en anglais des cartes postales de touristes irlandais qui voyagent dans l’Union européenne ».

Lire aussi : Flammarion, Nathan… ces éditeurs jeunesse qui soutiennent les migrants

Le septième art à la française, l’un des plus beaux faire-valoir du politiquement correct, viendra auréoler les festivités sans-frontiéristes d’Occitanie. À Escatalens (Tarn-et-Garonne), une classe de terminale projettera un film sur son séjour Erasmus. La mairie de Mons (Haute-Garonne), moins originale, projettera L’auberge espagnole de Cédric Klapish et exposera les dessins de l’Europe réalisés par les enfants de l’école. Dans le même temps, les habitants du quartier d’Empalot à Toulouse auront la joie de découvrir Seule à mon mariage, l’histoire d’une jeune femme rom qui rêve de se marier en France et ne connaît que trois mots : « Lapin, pizza, amour ». Aux côtés de ces vibrants éloges au nomadisme, le film roumain À l’ombre des Séraphins, projeté à l’ABC, dénoncera un monde « où la piété et la foi ne sont qu’un leurre ». En effet, au cours de ce « Joli mois », la foi en l’Europe et en la société ouverte sera la religion officielle du conseil régional.

Lire aussi : Famille. Ce que pensent les candidats aux européennes

Enfin, la région fera de son mieux pour détourner le peuple de la « lèpre nationaliste », durant ce mois qui se clôturera par la tenue des élections européennes. Nègrepelisse (Tarn-et-Garonne) organisera des réunions publiques « d’information » sur les élections européennes, dont les thèmes seront : « Partir en Europe étudier ou en formation » et « Partir en Europe travailler ». L’accompagnement des étudiants et des jeunes actifs souhaitant préparer un départ à l’étranger sera d’ailleurs l’objet de plusieurs réunions informatives à Toulouse. Pour leur compte, les « citoyens gersois » de Pessan pourront découvrir « l’origine et les compétences de l’Union européenne, les enjeux liés aux élections à venir, ainsi que des exemples de projets gersois bénéficiant d’une intervention de l’UE ». Le service des relations internationales de l’Université de Perpignan partira à la rencontre des jeunes pour répondre à toutes les questions sur l’UE. La tâche de tous ces nouveaux missionnaires sera sans aucun doute de convertir les électeurs égarés au credo européen.

Alexandre Moreau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom