À Montréjeau, ils ont honoré la mémoire des contre-révolutionnaires

1
819
Montréjeau
Curieux, royalistes, catholiques ou élus de la République se sont rassemblés à Montréjeau (Haute-Garonne), samedi 17 août, pour se souvenir du massacre perpétré par les Républicains, en 1799.

Samedi 17 août 2019, des dizaines de personnes ont participé aux commémorations du massacre de Montréjeau, où les troupes républicaines ont réprimé sévèrement la révolte du Midi toulousain en 1799.

En août 1799, la population s’était insurgée dans le Midi toulousain contre la politique de terreur menée par le Directoire contre les prêtres. Le pouvoir exécutif dirigeait le pays d’une main de fer, en bafouant les élections successives. L’histoire semble se répéter. Aujourd’hui, les gilets jaunes sont dans un même sentiment de révolte contre un pouvoir oppresseur qui ne respecte plus le bien commun.

Le samedi 17 août, une centaine de personnes s’est réunie sur le boulevard Bertrand de Lassus en la ville de Montréjeau (Haute-Garonne ), « Mont Royal », en occitan. En présence de deux élus du Rassemblement National, Julien Leonardelli (Haute-Garonne) et Oliver Monteil (Haute-Pyrénées), les familles sont venues commémorer dans une démarche de piété, le 220e anniversaire de cette insurrection qui s’est terminée par le massacre de milliers d’hommes le 20 août 1799.

Lire aussi : Montréjeau : une commémoration pour les martyrs de la révolution

De 7 à 77 ans, venus de la région du Comminges et au-delà, les participants ont assisté à la messe célébrée selon le rite extraordinaire. Monsieur l’abbé Jacques Laguérie a rappelé l’importance du devoir de mémoire pour ces « martyrs » de la Révolution. A l’issue de la messe, Cyrille Dounot, professeur d’histoire du droit et des institutions, a insisté sur le contexte historique, de la chute de Robespierre jusqu’au « soulèvement populaire et enraciné du Midi en 1799 ».

Plusieurs milliers de victimes

Pierre-Emmanuel Dupont, secrétaire du Comité du souvenir des victimes de la Révolution en Midi toulousain et organisateur de cet événement, a souligné que ce 20 août 1799, s’était déroulée non pas une bataille comme il peut en être fait mention dans des livres scolaires, mais bien « un massacre de plusieurs milliers d’hommes ». En effet, face à ces milliers de victimes, douze sont à déplorer dans les rangs de l’armée révolutionnaire. Jusqu’à ce jour, aucune trace des corps. Ces victimes de la terreur républicaine n’ont donc jamais eu de sépulture ni d’hommage rendu.

Lire aussi : 1792. Le château de Villeneuve-lès-Bouloc pris d’assaut

Les allocutions se sont achevées par la lecture d’un message de soutien de Mgr le Prince Louis de Bourbon, Duc d’Anjou qui ne pouvait être présent.

Ces défenseurs de la mémoire se sont ensuite retrouvés autour d’un vin d’honneur et d’un pique-nique à l’ombre des platanes afin de contempler la vue panoramique sur la chaîne des Pyrénées, au dessus de la Garonne qui avait charrié les cadavres.

L’ objectif reste de lever le silence sur la vérité historique trop longtemps oubliée et d’ériger une plaque commémorative afin de perpétuer la mémoire du sang versé des « martyrs » de la Révolution.

Revivez en image la commémoration 

Louise et Adélaïde Barès

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom