Act-Up en procès pour l’attaque d’une réunion de la Manif pour tous

1
382
act up gauche antifa
Une douzaine de militants Act Up ont vandalisé la salle où devait se tenir une réunion de la Manif Pour Tous. Ils sont restés dans la rue pour intimider les participants.

Mardi 10 septembre, l’ex-présidente d’Act-Up Sud-Ouest sera jugée par le tribunal correctionnel de Toulouse pour l’attaque d’une conférence de la Manif pour Tous, le 30 mai 2017. 

Ils étaient une dizaine à avoir attaqué la réunion publique de Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous, le 30 mai 2017. Alors que les participants à la conférence attendait de gagner la salle, une vingtaine de militants d’Act-up sont arrivés pour déverser du faux sang sur les portes de la salle et sur le trottoir, devant le regard ébahis des défenseurs de la famille. 

Voir : La Manif Pour Tous attaquée lors d’une réunion par des militants d’Act Up

Restés calme malgré tout, quelques personnes du public avaient été « bousculées », nous rapportait alors Richard, militant de la Manif pour tous. Plus tôt dans la journée, « ils sont venus vandaliser les serrures de la salle, mais également celles de particuliers habitant autour », continue t-il. 

Act Up
La salle municipale Félix-Lavit saccagée par les militants d’Act-Up, le 31 mai 2017, à Toulouse. © Infos-Toulouse

 

Après 1h30 d’attente devant la salle, les services municipaux ont mis à disposition de Ludovine de la Rochère une seconde salle, où la cinquantaine de personnes prévue a finalement pu assister aux débats. Pendant ce temps, les militants d’Act Up continuaient à scander des chansons christianophobes et « infâmes », comme le qualifiait alors Richard. 

Une plainte et un procès

La mairie de Toulouse a alors porté plainte contre ces « actes de vandalisme » perpétrés par le groupuscule LGBT. De son côté, La Manif pour tous a porté plainte pour « injures publiques », notamment à cause des banderoles déployées par les activistes : « La manif pour tous assassins » et « la manif pour tous homophobes ». Cette plainte a été dirigée vers Louise Lourdou, alors présidente d’Act Up Sud-Ouest. Si le procès devait se tenir en mars dernier au tribunal de grande instance de Toulouse, il a été ajourné à ce mardi 10 septembre. À Paris, une agression similaire s’était déroulée. La Manif pour tous qui avait porté plainte, avait alors gagné son procès. 

 

De leur côté, les militants d’Act-Up Sud-Ouest appellent à manifester devant le tribunal. Leur action violente et illégale a été applaudie par les écologistes de Toulouse, qui appellent à rejoindre la manifestation anti-famille. Une manifestation qui a une seule revendication ultime : interdire la Manif pour tous de s’exprimer. 

https://twitter.com/EELVToulouse/status/1171104318453403648

De leur côté, Act-Up, qui prétend faire de son combat principal la lutte contre le VIH/Sida, se retrouve souvent dans des actions illégales comme la dégradation de la permanence d’un député LREM, en mars dernier, qu’ils revendiquent fièrement sur leurs réseaux sociaux.

Si officiellement, ce mouvement vient en aide aux séropositifs, dans les faits leurs activités vont bien au-delà de la santé publique et parfois même de la légalité. Alors, peuvent-ils continuer à recevoir plus de 6.000 euros par an d’argent public ? 

Étienne Lafage. 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom