PMA pour toutes : porte ouverte au post-humanisme ?

1
1120
PMA pour toutes
Et si la PMA était la porte ouverte au post-humanisme ? © Pixabay

De nombreux spécialistes alertent les citoyens sur les conséquences de l’extension de la PMA et parlent de « ligne rouge à ne pas franchir ». De quoi s’agit-il ?

Dans cette rubrique, nous avons déjà expliqué la philosophie et la logique des marchés qui sous tendent réellement la demande d’extension de la PMA à toutes les femmes. Nous avons vu combien les désirs individuels des hommes sont exploités pour favoriser le développement d’une économie mais aussi d’une certaine idée de l’humain qui ne serait plus le fruit de la rencontre d’un homme et d’une femme mais deviendrait un produit marketté, fabriqué et acheté. De là à faire correspondre les hommes aux besoins, la tentation est là et le pas peut être vite franchi. Nous allons essayer de préciser ce que recouvre la notion de post-humanisme.

Aujourd’hui, la technique permet la réparation des corps : réparation au moyen d’une prothèse d’un membre perdu lors d’un accident, prothèse cardiaque, diminution ou suppression des tremblements liés à la maladie de Parkinson, détection in-utéro de maladies graves affectant l’embryon voire les possibilités de réparation en remplaçant un gène défectueux par un autre au moyen du séquençage de l’ADN Crisp-CasR9 ..etc. Personne ne peut vraiment se plaindre des aides au mieux être qu’apportent à l’homme défaillant physiquement, les progrès techniques. L’individu n‘est pas modifié, c’est son handicap qui est traité

Lire aussi : Au nom de l’égalité, PMA pour toutes et GPA même combat ?

L’objectif  du post-humanisme ou Transhumanisme est de « Devenir Dieu, Tuer la mort, télécharger dans le cerveau des contenus d’ordinateur, vaincre la maladie….. »  

L’homme qui ne peut s’empêcher de vouloir plus, utilise les nouvelles technologies (NBIC : nanotechnologies, Biotechnologies, Informatique et Sciences Cognitives) pour tenter d’augmenter les capacités de l’homme : œil augmenté pour les snipers, exosquelettes pour aller plus loin et plus vite, puces sous la peau pour avoir toutes les données administratives sur soi, etc. N’oublions pas les possibilités d’augmentation des embryons en choisissant des gamètes à fort potentiel voire en remplaçant certaines caractéristiques génétiques par d’autres.

Ce que permet la technique est il bon pour l’humain ?

Le deuxième niveau est développé par la robotique et remplace l’homme. Nous sommes tous déjà augmentés puisque nous avons des appareils téléphoniques et ordinateurs qui peuvent répondre à bon nombre d’interrogations et facilitent notre quotidien. L’entreprise voit dans le développement des robots d’autres sources de satisfactions, corvéables infatigables, ils peuvent aller là où les hommes ne vont pas, ont des capacités supérieures en force et ne s’arrêtent que lorsqu’un homme presse le bouton « off ». Ces robots exécutants sont désormais en service et font partie du quotidien de nombre d’entre nous. Apparaissent maintenant les robots autonomes programmés pour certaines tâches sophistiquées et qui apprennent à apprendre (deap-learning) : voitures bus, tramways, trains autonomes par exemple. Ils auront à réagir vite en cas d’accident comme le ferait un humain, mieux probablement. Sophia, la première femme robot mise en service en Arabie Saoudite en est un autre exemple : cette nouvelle femme s’est même vu octroyer la nationalité du pays d’accueil. C’est pourquoi l’Europe a voté un texte en 2018 dotant les robots de la responsabilité juridique.

La troisième catégorie vise à fabriquer des robots qui seraient en capacité de réfléchir et concevoir plus vite et mieux que l’humain, la difficulté étant qu’on ne peut pas les doter de conscience. Déjà, les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) travaillent sur ces sujets.

Lire aussi : Loi bioéthique : l’extension de la PMA en questions

Tous ces progrès techniques sont stupéfiants et fascinants, des secteurs économiques très spécialisés et très pointus se développent faisant la richesse d’un petit nombre,  mais que devient l’humain dans cette aventure ? Pouvons-nous dans certains domaines limiter l’application des nouvelles technologies à l’humain ou faut-il laisser faire et voir l’humanité se transformer et apparaître  un monde nouveau ? La question n’est pas nouvelle, Aldous Huxley a écrit Le meilleur des monde en 1932 , le film Bienvenue à Gattaca est sorti en 1986. En France nous avons la chance d’avoir un Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) qui est supposé réfléchir hors de toutes contraintes. L’éthique est donc importante pour nous et permet d’appréhender les limites.

Mais où est le lien entre Post-humanisme et PMA ?

Jusqu’à présent un homme et une femme, quelquefois aidés par un service de médecine, suffisaient pour faire un enfant. Une part de hasard était présente, sur le sexe du bébé, son potentiel intellectuel, son potentiel de santé et sur son développement car l’environnement participe à ce dernier. Aujourd’hui, la technique semble vouloir prendre la main et peut sélectionner les embryons sur des critères génétiques : sexes, génétique etc.., avec les diagnostics préimplantatoires. Outre l’ouverture d’un marché de la procréation, il s’agit bien de banaliser l’eugénisme, et dans certains pays travailler sur les potentiels des embryons. La technique le permet, la tentation de l’étendre à toutes est grande, même si pour le moment, c’est interdit.

Lire aussi : PMA : « Notre réelle inquiétude tient au devenir des enfants »

L’extension de la PMA à Toutes les femmes, avec son cortège d’opérations marchandes et techniques est donc la ligne rouge à ne pas franchir, même si le président du CCNEE la déplace à la GPA (gestation pour autrui). En effet, pour des raisons d’égalité, en France, si nous ouvrons la PMA à toutes les femmes, nous serons dans l’obligation juridique d’accorder la GPA aux hommes.

La ligne rouge est donc bien à la PMA

Le post-humanisme malgré la pression de la technique et des marchés,  nécessite donc une meilleure connaissance et un développement contrôlé afin de préserver l’humanité. A notre mesure, nous avons l’obligation chacun, de réfléchir aux conséquences de ces technologies sur les enfants et à défaut d’avoir une écologie humaine intégrale développée , http://www.tugdualderville.fr/humaine-environnementale-integrale-point-sur-lecologie/ne pourrions nous pas opter pour des précautions qui protègeraient nos enfants sur lesquels reposent le devenir de l’humanité ?

Une vingtaine d’associations appellent à la mobilisation

Bus ou co-voiturages organisé depuis Toulouse. Aller-Retour au prix de 30 euros minimum. Inscriptions et paiement sur : www.lamanifpourtous-occitanie.fr

Charlyba.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom