Du lourd dans le nouveau numéro d’Éléments

0
168
Éléments

Frédéric Taddéi, Alexandre Devecchio, Yann Moix, Defend Europe, le climat, l’identité… Le sommaire du 180e numéro de la revue Éléments est riche en dossier. Il est dans les kiosques à partir du vendredi 20 septembre. 

Édito du numéro 180 d’Éléments : Dans le passé, le « politiquement correct » a pu simplement agacer ou faire rire. On avait tort. À l’instar de la Novlangue orwellienne, il vise à changer le sens des mots afin de changer (et contrôler) les pensées, ce qui est beaucoup plus grave. Encore faut-il en identifier la nature et les causes.

La première n’est autre que l’inusable puritanisme américain. (…) Tout y est : la culture du soupçon tous azimuts, la chasse inquisitrice à la « masculinité toxique », forcément toxique, les procès d’intention, les repentis, les confessions publiques, la dénonciation des « porcs », les accusations sans preuves qui suffisent à ruiner une carrière. Partout l’oblation, la repentance, la contrition, la pénitence – en attendant le bûcher.

Lire aussi : François Bousquet : « Le mensonge a pris un caractère systémique »

Qui sont les victimes ? Tout le monde. L’humour, les blagues, le second degré, la liberté d’expression. Tout récemment, le poète André Chénier a été dénoncé comme ayant fait l’« apologie du viol » (heureusement, on l’a guillotiné). Ne nous y trompons pas, de proche en proche, c’est la totalité des créations littéraires, artistiques, poétiques, théâtrales, des trente siècles écoulés qui finiront par être ainsi délégitimées par des procureurs formés à repérer partout le « racialisme » et le « sexisme ». Jusqu’à ce qu’on décrète l’abolition du passé, puisqu’il n’aura été qu’une suite de « crimes de haine » commis au nom du « patriarcat ». (…)

En kiosque, vendredi 20 septembre…

Publiée par Revue éléments sur Jeudi 19 septembre 2019

L’autre cause profonde du politiquement correct n’est autre que la métaphysique de la subjectivité, qui est comme la clé de voûte de la modernité. Descartes en est le grand ancêtre : « Je pense, donc je suis ». Je, je. En termes plus actuels : moi, moi. La vérité n’est plus extérieure au moi, elle se confond avec lui. La société doit respecter mon moi, elle doit bannir tout ce qui pourrait m’offenser, m’humilier, choquer ou froisser mon ego. Les autres ne doivent pas décider à ma place de ce que je suis, faute de faire de moi une victime. (…)

Lire aussi : Xavier Eman : « Les médias alternatifs sont importants pour ceux qui aspirent à être des hommes libres et autonomes »

Au fond, je suis le seul qui a le droit de parler de moi. Ainsi s’alimente le narcissisme du ressentiment, tandis que la société se transforme en un empilement de susceptibilités.

Le symbole le plus fort du monde actuel, c’est le selfie. Le monde entier tourné vers le moi. « Le moi est haïssable », disait Pascal. Aujourd’hui, il serait en prison.

Au sommaire du N°180 d’Eléments

Entretien avec Frédéric Taddeï : Interdit d’interdire !
Propos recueillis par François Bousquet

Dossier : L’identité, pour quoi faire ?
• Nous et les autres : nature et culture, l’identité en débat, par Alain de Benoist
• La terre ou les morts : seule compte la mémoire du devenir, par Jean-François Gautier
• Martin Sellner : « à l’avant-garde avec “Defend Europe” »
• Clément Martin : « Génération Identitaire, le “Greenpeace de droite” »
• Philippe Forget : « Contre les vanités identitaires »

Et aussi…
• Portrait du bourgeois en Monsieur Météo
• Brève histoire du réchauffement climatique
• Internet ! Et si on débranchait ?
• CETA : le traité qui entérine la disparition des frontières, par Andréa Kotarac
• Courage ! Les leçons de François Bousquet
• Le populisme selon Alexandre Devecchio
• Quand le cinéma communiste était identitaire, patriote et internationaliste
• Yann Moix, le Puceau d’Orléans
• Quand les rois de France étaient excommuniés
• Les soleils invaincus de D. H. Lawrence
• Nietzsche, le poète européen
• Georges Valois ou la révolution contre l’argent
etc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom