Les puces chez son animal de compagnie : comment en venir à bout ?

2
214
puces
© Pixabay

Qui dit nouvelle année scolaire, dit fin des vacances… Et nombreux sont les propriétaires qui retrouvent leur habitat infesté de puces ainsi que leur animal de compagnie.

La puce, petit insecte mais pourtant…

La puce, en latin Ctenocephalides canis & Ctenocephalides felis, est un insecte à six pattes qui vit dans le pelage de l’animal, se nourrit de son sang et a la capacité de sauter d’un animal à l’autre permettant la contamination entre plusieurs congénères. Elle est « hématophage » c’est-à-dire qu’elle se nourrit du sang de l’animal. Elle pond une grande quantité d’œufs (environ 400 œufs pondus en moyenne dans la vie d’une puce soit une vingtaine par jour) ce qui sous-entend une grande descendance en constante évolution. L’humidité et la chaleur rendent son pic d’activité maximal entre la fin de l’été et l’automne.

Comment reconnaître un animal infesté par les puces ?

L’animal de compagnie qui  se gratte par répétition est le premier signal d’alerte chez le propriétaire.  Alors que pour certains animaux un simple comprimé délivré au comptoir de votre clinique vétérinaire viendra à bout de la pulicose (infestation de l’animal par des puces), d’autres animaux présentent une allergie, résultant de la salive de la puce lorsque celle-ci se nourrit du sang, appelée DAPP (Dermite Allergique aux Piqûres de Puces). Dans ce cas l’animal se gratte violemment, provoquant des  plaques rouges au niveau du dos et à la base de la queue. Une consultation chez le vétérinaire reste la meilleure alternative.

Lire aussi : Voisins vigilants : que faire pour prévenir les cambriolages ?

Quel traitement choisir pour son animal ?

La médecine vétérinaire propose un large choix pour le traitement des parasites externes.  Aujourd’hui le traitement, le plus vendu, est le comprimé qui est à administrer à l’animal au moment du repas et dont l’efficacité varie de 1 à 3 mois selon le nom déposé ; mais il existe également le spot-on, le spray, le shampoing et le collier. Quelque soit la forme galénique choisie, le propriétaire doit veiller à respecter l’espèce (ne pas administrer un comprimé pour chien à son chat) et à ne pas sur-doser le traitement (respecter le poids, l’âge, l’état de gestation ou de lactation de la femelle).

Les huiles essentielles sont-elles  un traitement alternatif ?

La médecine alternative préconise l’utilisation d’huiles essentielles pour lutter contre ces parasites. Certaines huiles essentielles comme celles de thym, de cannelle de Ceylan, de citronnelle,  de  girofle, de lavande, de menthe poivrée) sont en effet reconnues comme ayant un caractère préventif à l’égard de  ces petites bêtes. Mais attention car une mauvaise utilisation des huiles essentielles n’est pas inoffensif ! Les huiles essentielles peuvent donc être fortes intéressantes dans le cadre de la prévention des parasites externes, mais il faut veiller à prendre conseil auprès de son vétérinaire pour éviter les effets secondaires. Mieux vaut prévenir que guérir !

Lire aussi : L’ours : du roi des animaux à la réintroduction contestée

Faut-il traiter l’environnement de l’animal ?

5% de la population de puces se trouvent sur l’animal de compagnie et les 95% restant sont sous forme d’œufs, de larves et de cocons dans l’habitat environnant l’hôte. Pour ainsi dire, il est utile de traiter non seulement son animal de compagnie mais également  son lieu de couchage et tout endroit susceptible d’avoir été contaminé. 

Les propriétaires désirent  traiter leur habitat, quant l’animal vit à l’intérieur. Les larves fuyant la lumière, se cachent donc dans les endroits sombres (parquets, moquettes). Pour cela votre clinique vétérinaire vous proposera divers moyens tels que l’utilisation de foggers/diffuseurs qui permettent de  traiter les grandes surfaces et les sprays pour les petites surfaces. Dans le cadre de l’utilisation d’un diffuseur il faut respecter quelques règles comme le nombre de mètres carrés à traiter, ouvrir les portes de l’appartement, fermer les fenêtres et ne laisser aucun animal dans une pièce (aquarium compris).

Pour toute question complémentaire, il est conseillé de se rapprocher de son vétérinaire qui sera à mieux de répondre à vos attentes.

Alicia de Ligny. 

2 Commentaires

  1. Bonjour Alicia et bonjour à tous,
    Il se trouve que je connais particulièrement bien ce sujet dans la mesure où je m’intéresse de très près depuis 8 ans maintenant, en tant qu’éleveuse pour mon plaisir de chats des chartreux vivant en pleine campagne, aux soins naturels pour animaux.
    Il faut vraiment bien prendre conscience que les solutions vétérinaires actuelles contre les puces et autres tiques sont des solutions hautement chimiques, à base de pesticides. On nous dit bien d’ailleurs de ne surtout pas trop manipuler les cachets à donner ni toucher l’animal qui a reçu une pipette dans le cou. Et pour cause ! Alors si pour nous, gros animaux en comparaison de nos chats et de nos chiens, avoir un peu de ces insecticides sur la peau et possiblement en ingérer quelque peu représente un danger, selon toutes les notices, comment croire que cela ne porte pas atteinte à la santé de l’animal, soit par des réactions pouvant aller jusqu’à la mort en quelques heures chez certains sujets, soit par une intoxication imperceptible mais réelle au long cours ?
    La question des puces (et encore actuellement des tiques) est longtemps restée très difficile à gérer. Les forums spécialisés en soins holistiques les plus renommés (groupes Facebook essentiellement de nos jours) ont fini par trouver LA solution dans l’usage conjugué de 2 produits :
    – Tiques & Puces d’HOMEOANIMO (une société canadienne), produit fait à partir de la puce commune du chien et du chat, comme APIS est fait à partir d’une abeille, et sur lequel TOUS les retours sont excellents, même s’il faut apprendre à l’utiliser (1 spray par jour dans les saladiers-gamelles d’eau pendant au moins 1 mois 1/2, le temps que le corps enregistre en profondeur l’information, puis on peut éloigner tout doucement la fréquence des sprays – ou la rapprocher si nécessité). Un peu comme les jardiniers savent que de la limace broyée diluée dans de l’eau dont on arrose son carré de salade va éloigner durablement les limaces, la souche homéopathique faite de la puce va rendre la peau de l’animal inappétente pour les puces (le produit fonctionne beaucoup moins bien, au jour d’aujourd’hui, sur les tiques – mais pour les chiens, il existe une médaille que l’on peut utiliser en complément, et l’ensemble donne les meilleurs résultats à défaut de résultats parfaits – voir pour plus d’informations le site VIS MEDICATRIX NATURAE qui est la plus grosse référence en matière de soins naturels, très orientée « chiens », et dont les indications, à défaut d’être toujours parfaites, sont dans l’ensemble extrêmement précieuses);
    – Terre de Diatomée (la marque DIAGUARD est LA meilleure référence du marché, à plus de 90% de silice et de qualité alimentaire). Cette poudre d’une extrême finesse est desséchante et coupante pour les insectes, et les larves de puce plus que les puces y sont excessivement sensibles. Il faut en répartir sous les plinthes, meubles, bibliothèques, cuisinières etc., càd tout ce qui offre un refuge à l’abri de la lumière que recherchent les larves pour s’y développer à partir de leur éclosion. Je recommande personnellement, pour répartir aisément cette « TDD » là où il le faut sans poudrer la maison ni gaspillage d’utiliser une poudreuse, qui permet de n’utiliser qu’une très petite quantité de TDD tout en le faisant avec efficacité. Voici celle que j’utilise et recommande constamment : https://www.amazon.fr/Ferme-Sauvegrain-Pulv%C3%A9risateur-diatom%C3%A9e-Entonnoir/dp/B01NCNC5JT/ref=sr_1_2
    Je peux garantir aux personnes suivant ces indications qu’elles n’auront plus jamais besoin de produits insecticides chimiques pour leurs animaux de compagnie !
    Attention ! Il peut se trouver qu’à un moment ou à un autre vous trouviez malgré tout des puces, et pourquoi pas en quantité non négligeable, sur un de vos animaux. A ce moment-là, sprayez peut-être à nouveau quotidiennement les saladiers-gamelles d’eau de vos animaux pendant quelques semaines, mais je peux garantir que vous n’aurez en aucun cas une infestation et que le problème s’effacera de lui-même !
    Pour plus de renseignements sur des soins naturels de qualité pour les animaux de compagnie, 2 groupes Facebook majeurs dont il faut exploiter en premier lieu les FICHIERS et la RECHERCHE :
    – HOMEOPATHIE ET MEDECINES NATURELLES POUR ANIMAUX (plus orienté « chat » que « chien »)
    – VIS MEDICATRIX NATURAE (groupe lié au site du même nom, plus orienté « chien » que « chat »).
    Vous y trouverez en autres des ANNUAIRES de vétérinaires et autres praticiens animaliers holistiques !
    Et bien avoir à l’esprit qu’apprendre à soigner correctement ses animaux, sans chimie qui ne soit strictement incontournable, c’est s’ouvrir l’esprit sur les bases de soins correctes pour nous-mêmes, dans le monde du tout-chimie qui a produit ces « maladies de l’homme moderne » dans lesquelles nos sociétés s’enlisent, et maintenant les animaux à leur suite, avec tout leur cortège de maladies auto-immunes etc.

  2. Un dernier point que j’ai oublié dans mon commentaire précédent : se méfier des solutions antiparasitaires « naturelles » vendues de plus en plus partout. La plupart ont pour premier défaut d’être faites à la fois pour les chats et pour les chiens, alors que leurs organismes ne tolèrent pas forcément les mêmes produits (à commencer par les huiles essentielles, dont certaines sont très dangereuses pour le chat), et qui dit naturel ne dit pas forcément sans nocivité ! On peut aussi tuer au naturel, par une utilisation inappropriée d’un produit, soit en raison du produit lui-même soit par un dosage erroné !
    J’ai indiqué comment venir à bout des puces, mais la solution pour les parasites internes la plus simple et la plus efficace n’est rien d’autre que notre bon vieil Extrait de Pépins de Pamplemousse (EPP pour les intimes). Il faut apprendre à utiliser le bon produit (le meilleur du marché, pour les animaux, est l’EPP Originel DIOTER, car d’excellente qualité et totalement dépourvu d’amertume, ce qui est très important pour les chats), et les bons dosages. Et ne jamais oublier que tout problème de santé trouve sa solution fondamentale et majeure dans un système immunitaire performant ! Dans certains cas, on pourra rencontrer un échec de traitement, et c’est alors ce qu’il faudra ne pas perdre de vue : c’est vers la stimulation générale du système immunitaire qu’il faudra alors prioritairement se tourner pour arriver à la fin voulue, le corps du patient se retrouvant alors capable de lui-même de gérer, surmonter et vaincre l’agresseur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom