La PMA sans père, mère des batailles

0
117
Marchons Enfants PMA

Certains pensent que tout ça n’est pas grave (mariage pour tous, PMA pour toutes), ça c’est les tièdes. 

Certains pensent que la PMA c’est embêtant, mais que c’est plié, ça aussi c’est les tièdes.

Après, il y a ceux qui pensent que le plus important, c’est l’immigration, ou l’identité.

Ce ne sont pas des tièdes, ça, et ça mérite une réponse.

Lire aussi : Guillaume de Prémare : « la PMA constitue un pas décisif vers le Meilleur des mondes »

D’abord, le sujet sociétal (mariage pour tous, PMA) est bien la mère des batailles, car :

– il a, le premier, soulevé des millions.

– il a suscité une réponse violente du gouvernement, qui a montré son vrai visage, anti-démocratique.

Ensuite, ses opposants mènent une vraie résistance, pied à pied, jour après jour, mois après mois, contre le pouvoir législatif, ce que ne peuvent pas faire les autres résistants. Et même si l’objectif initial (abroger le mariage pour tous) n’a pas abouti, toutes les manifestations ont réussi à bloquer des avancées supplémentaires.

Lire aussi : Pourquoi dire non à l’extension de la PMA et à la GPA ?

Les autres combats (immigration, identité), quant à eux, n’ont pas encore vraiment commencé. En effet, ils se fondent sur des craintes, des prédictions, difficiles à démontrer.

Revenons au premier volet

C’est bien parce que des millions de français ont levé la tête en 2013, que le pouvoir a pris peur et a décidé d’accélérer, d’amplifier les réformes.

François Hollande était le petit gestionnaire d’une réforme, demandée par un petit lobby en apparence, mais commandée en réalité par de puissants dirigeants à un niveau supérieur (Union européenne, ONU, voire d’un niveau plus haut encore).

Lire aussi : PMA pour toutes : porte ouverte au post-humanisme ?

Devant la petite et mauvaise gestion de ce changement de civilisation, on est passé à une gouvernance 2.0, avec un « président de fer », Macron, sans culture, sans enfants, bien décidé à aller plus loin, plus vite.

Cette première contestation, menée par des gens bien élevés, a redonné le goût du combat à beaucoup. Et leur méthode acérée, pointue, apolitique, aconfessionnelle est telle qu’ils n’ont pas pu être disqualifiés encore. On peut moquer leurs ballons, leurs drapeaux, mais ils sont toujours là, 7 ans après.

La mère des batailles

Les mouvements identitaires sont bien présents, mais sur des théâtres de contestation éparpillés. Ils manifestent un grand courage, mais sous la forme d’une guérilla, sans mener parallèlement un combat législatif ?

Surement, encore une fois, parce qu’ils n’ont pas, en face d’eux, une loi précise contre laquelle lutter.

La Manif Pour Tous peut le faire, elle, forte d’un million de soutiens et de centaines de bénévoles très investis dans les instances européennes et onusiennes.

Lire aussi : Opération « Stop Migrants » dans les Alpes : entretien avec Aymeric

Je pense que les identitaires devraient reconsidérer les priorités. La mère des batailles, aujourd’hui, c’est de manifester contre la PMA sans père, avec deux objectifs.

Primo, concrètement geler ce projet de loi, ce qui est possible, car Macron a très peur de perdre un certain électorat qu’il a caressé dans le sens du poil ces derniers mois. Et l’approche des élections municipales est un atout.

Secundo, montrer qu’il y a encore une méthode, une solution pour faire reculer Macron et son gouvernement.

Alors, convergence des luttes ?

Il n’y a pas besoin de chercher bien loin.

Ensemble, tous à Paris le 6 octobre, contre la PMA sans père, et sous la bannière « MARCHONS ENFANTS « .

Partez en bus depuis l’Occitanie !

Luigi, bénévole à la Manif pour tous

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom