Ces lieux de recueillement à visiter à moins de 100 km de Toulouse

4
514
Saint-Bertrand de Comminges
Façade sud de la cathédrale de Saint-Bertrand-de-Comminges. © Wikipedia.

Dans son allocution du 7 mai, le Premier ministre Édouard Philippe a confirmé la levée du confinement le 11 mai. Les déplacements seront autorisés jusqu’à 100 kilomètres autour de son domicile, l’occasion de découvrir le patrimoine local. 

Les Français vont pouvoir de nouveau circuler librement dans un rayon de 100 kilomètres autour de leur domicile. Et si on en profitait pour partir à la découverte du patrimoine qui nous entoure ? Nous vous proposons une sélection de lieux de culte à visiter, dans la zone autorisée depuis Toulouse. 

Notre-Dame de Saussens (26 km)

L’image contient peut-être : 1 personne, plante, plein air et nature
La fontaine Notre-Dame un matin d’automne. © Étienne Lafage / Infos-Toulouse

Ce petit village de Haute-Garonne est fortement attaché à la dévotion mariale. L’origine en serait une apparition de la Vierge Marie à un soldat blessé et épuisé, auquel elle aurait indiqué une source pour boire et y laver ses plaies. Ses blessures guéries, il serait reparti au combat acclamant sa vision. La fontaine miraculeuse, Fontaine Notre-Dame ainsi que l’église, sont dédiées au culte marial depuis le XVIIe siècle. Chaque année, le 8 septembre, jour de naissance de la Vierge Marie, un pèlerinage diocésain est organisé, où une statue de la Vierge est portée à la tête d’une procession.  

Notre-Dame d’Espis près de Moissac (88 km)

C’est ici que la Vierge apparut à plusieurs reprises dès 1947 à un petit enfant de 4 ans  et lui révéla un secret à révéler uniquement au pape Pie XII. Ce message était celui du dogme de l’Assomption, c’est-à-dire de la montée aux cieux de la Vierge en corps et en âme. Le pape Pie XII, le 11 octobre 1954, par son encyclique Ad Caeli reginam, proclama le dogme de l’Assomption.

Chaque année, le 28 mai, un pèlerinage a lieu au sanctuaire de  Notre-Dame de l’Espis.

Fanjeaux, sur les traces de saint Dominique (79 km)

© Wikipedia

Site pôle du catharisme, lieu de pèlerinage dans l’Aude en l’honneur de saint Dominique à qui la Vierge apparut en 1208, et lui indiqua l’endroit où créer l’ordre dominicain de femmes dont le lieu actuel est le monastère de Prouilhe. Cet ordre mendiant se donne pour mission l’apostolat et la contemplation avec pour devise « Veritas », la Vérité. Le clocher de l’église Notre-Dame de l’Assomption trône à 360 mètres d’altitude. Les pèlerins peuvent également y visiter la maison de Saint Dominique.

Lire aussi : Quand saint Dominique s’établissait à Toulouse

Notre-Dame de Vals (81 km)

© Wikipedia

Situé en Ariège, ente Mirepoix et Pamiers, le petit village de Vals détient une église datant du Xe siècle et bâtie sur trois niveaux ce qui en fait son originalité. Elle est encastrée dans un impressionnant rocher et ces fresques datant du XIe siècle sont d’une incroyable beauté, représentants plusieurs étapes de la vie du Christ. Plusieurs guérisons y ont été attestées, dont celle d’un petit enfant en  1842.

Notre-Dame de la Drèche près d’Albi (83 km)

© Wikipedia

Tout près d’Albi, le pèlerinage annuel à Notre-Dame de la Drèche a pour origine, au XIIe siècle, la découverte, par des bergers d’une statue de la Vierge Marie portant sur ses genoux l’Enfant-Jésus. Une église fut édifiée puis confiée aux Franciscains. Notre-Dame de la Drèche est depuis toujours invoquée pour le salut des infirmes et la santé des malades.

Notre-Dame de Celles (96 km)

© Wikipedia

Le 28 mai 1686, en Ariège, dans un petit village appelé Celles, la Vierge Marie est apparu  à un jeune paysan, Jean Courdil, lui demandant d’inciter les habitants à se convertir. Suite à son témoignage, beaucoup de villageois se convertissent et accourent sur le lieu de l’apparition.

La Vierge apparut de nouveau à Jean Courdil six semaines après pour lui faire part de sa satisfaction à l’égard des conversions et l’assurer que « la fontaine sera bonne ». De fait, l’eau de la fontaine fut source de nombreuses guérisons pour ceux qui s’en  abreuvèrent.

Un sanctuaire et une chapelle y furent édifiés pour y accueillir les pèlerins. Le pèlerinage annuel au sanctuaire a lieu chaque année le troisième dimanche de juillet.

Lire aussi : Notre-Dame de Celles, un sanctuaire dans un cadre de beauté naturelle

Saint-Bertrand de Comminges (113 km, Haute-Garonne)

Saint-Bertrand de Comminges
Façade sud de la cathédrale de Saint-Bertrand-de-Comminges. © Wikipedia.

Connu aussi sous le nom de Mont Saint-Michel des Pyrénées, Saint-Bertrand de Comminges est le vestige d’une ancienne cité romaine datant du IIe siècle après J-C,  où s’y cachent un village médiéval avec  des ruines d‘un temple, d’un forum, d’un théâtre, de thermes, d’un portique et d’un marché ainsi que la cathédrale Sainte-Marie à l’architecture romano-gothique. La cathédrale Sainte-Marie abrite le tombeau de Saint-Bertrand, évêque commingeois pendant quarante années Chaque année au début du moi de mai a lieu la grande fête du jubilé de Saint Bertrand de Comminges.

Lire aussi : Saint-Bertrand de Comminges, le « Mont Saint-Michel des Pyrénées »

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom