A69 : vers une nouvelle ZAD près de Toulouse ?

1
385
A69
@Pixabay

Le projet d’autoroute entre Toulouse et Castres ne fait pas que des heureux. En cause, le projet de trois carrières prévues sur le parcours qui doit produire les matériaux nécessaire pour les remblais. 

Et si une nouvelle Zone à défendre (ZAD) se créait à quelques kilomètres de Toulouse ? Ce serait le résultat d’une mobilisation contre la création de trois carrières situées le long du futur parcours de l’autoroute A69, devant relier Toulouse à Castres. 

PNG - 53.1 ko

Trois sites situés à Montcabrier, Villeneuve-Lès-Lavaur et Saint-Germain-des-Près et qui doivent permettre la production des matériaux pour les remblais. Des projets justifiés par NGE, le géant du BTP en charge de l’exploitation par un éloignement des carrières déjà existantes et la mauvaise qualité des matériaux recyclés. Au total, 60 hectares supplémentaires seront créées.

Lire aussi : Loi bioéthique : ces députés qui ont (ou pas) voté

Près de 16 hectares de terres agricoles ont été cédés pour l’exploitation de cette carrière, qui remuera 645 000 mètres cubes de terre à 450 mètres de l’école intercommunale et à moins de 100 mètres des premières habitations, sans que les habitants n’en eussent été informés avant juin 2020.

Une enquête publique en 2021 

Si la phase d’appel d’offre devant déterminer le concessionnaire est lancée depuis le mois de février, le député de la 3e circonscription du Tarn Jean Terlier, milite auprès du gouvernement pour que ce projet soit inscrit dans le plan de relance, afin d’accélérer la procédure. Reste que les projets de carrière n’étaient pas envisagés dans le projet initial. Les études se seraient déroulées dans la plus grande discrétion depuis 2016. Une enquête publique devrait être menée courant 2021. 

Pour le gouvernement, ce projet doit permettre de « désenclaver » la partie sud du Tarn et d’offrir une alternative à une route nationale très fréquentée et réputée dangereuse. L’autoroute devrait s’étendre sur 54 kilomètres, « majoritairement en tracé neuf », avait présenté la ministre des Transports, Elisabeth Borne, en février dernier.

Une opposition de la part des écologistes

L’opposition ne s’est pas faite attendre. Sur la commune de Montabrier (Tarn), une pétition a récolté plus de 1.700 signatures à ce jour. Le collectif dénonce « des nuisances », la carrière n’étant séparée que d’une centaine de mètres des habitation et à 450 mètre de l’école. Les bruits et les poussières pourraient se voir démultipliées par le vent, fréquent dans cette partie du Lauragais. Le groupe regrette également « l’artificialisation de terres agricoles »

Lire aussi : André Viard sur la tauromachie : « Interdisez l’équitation, il n’y aura plus de chevaux »

« Notre village deviendra invivable et portera longtemps les stigmates de cette atteinte à notre paysage bucolique », dénonce le collectif Stop Carrière. Ces habitants et militants craignent une dégradation de la route d’accès au village, des écosystèmes terrestres et aquatiques et une pollution durable des sols. Le projet prévoit à la fin du chantier un remplissage de la fosse de la carrière par « un apport en grand volume de matériaux inertes non valorisés du chantier de l’autoroute ». Pas de quoi rassurer les militants écologistes qui se battent déjà depuis plusieurs années contre ce projet d’autoroute et qui se retrouvent renforcés par ces carrières indésirables. 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom